Facebook Linkedin Twitter Google+ RSS

Entrepreneuriat : les légumes biologiques des Jardins Glenorra

Julie_Tardif-et-Ian_Aldridge-Jardins-Glenorra-photo-Eric_Labonte-publiee-par-INFOSuroit_com

Ian Aldridge, Julie Tardif et leur fils Emrick

(Marie-Ève Rochefort) – L’achat local est une habitude que de plus en plus de consommateurs tendent à adopter et des entreprises comme les Jardins Glenorra aident à faire en sorte que l’on puisse encourager l’économie d’ici. Ayant été reconnue pendant des années pour ses paniers biologiques, l’entreprise familiale d’Ormstown en production maraîchère a fortement évolué depuis ses débuts.

INFOSuroit.com vous propose une incursion au sein des Jardins Glenorra dans le cadre de ce plus récent billet sur l’entrepreneuriat et l’agrotourisme du Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-Laurent.

Une ascension fulgurante

Maison-ancestrale-photo-Jardins_Glenorra-photo-publiee-par-INFOSuroit_comLes Jardins Glenorra ont été fondés en 2003 à Ormstown par Julie Tardif et Ian Aldridge, deux passionnés d’agriculture biologique. La maison ancestrale est d’ailleurs dans la famille depuis 4 générations alors que la terre l’est depuis 5 générations !

Dès l’année 2004, les producteurs maraîchers ont été en mesure de nourrir 25 familles pendant 20 semaines avec des légumes frais cultivés sur seulement 1 acre de terre. Au fil des années, 25 acres de terre ont permis la confection d’environ 140 paniers durant la période estivale et une centaine d’autres durant l’hiver, en plus de la création de partenariats avec des garderies et des distributeurs de Montréal.

Bien connue pour la distribution de ses paniers certifiés biologiques, l’entreprise s’est aujourd’hui tournée vers un autre modèle d’affaires permettant au couple de profiter davantage de la vie de famille. En effet, les producteurs ont signé un contrat avec les Fermes Lufa à Montréal.

Julie_Tardif-et-Ian_Aldridge-Jardins_Glenorra-photo-Eric_Labonte-publiee-par-INFOSuroit_com« Ça roulait beaucoup et les choses allaient très bien. Si nous avons décidé d’abandonner les marchés publics et la distribution de paniers, c’est que notre objectif était de simplifier les choses pour augmenter notre qualité de vie. Notre ancien mode de vie était très épuisant. On est parti de loin, on a roulé notre bosse et on est rendu à un niveau où on peut se consacrer uniquement à la production, ce qui nous laisse plus de temps pour les enfants », a commenté Julie Tardif.

Les Jardins Glenorra proposaient auparavant plus de 90 variétés de légumes. Avec ce nouveau partenariat, l’entreprise n’en produit qu’une trentaine et les envoie aux Fermes Lufa qui distribuent 4 000 paniers par semaine.

« On fait affaire avec eux depuis quatre ans. Comme nous avions tous deux besoin de stabilité, nous avons décidé de signer un contrat ensemble. On ne se badre maintenant plus de produire autant de diversités de légumes, soit parce qu’ils se les procurent ailleurs ou soit parce qu’ils les produisent déjà. Ça nous a permis de condenser les cultures, ce qui rend nos champs beaucoup plus faciles à gérer. Un autre avantage est que nous avons grandement réduit nos dépenses liées à la livraison des marchandises et aux achats pour la transformation de nos produits. Enfin, tous les légumes qu’on produit sont vendus, qu’ils soient de classe A ou B. On ne perd donc rien comparativement à avant », poursuit Julie Tardif.

Reconnaissante envers les marchés et les consommateurs

Jardins-Glenorra-Marche-fermier-Huntingdon-photo-INFOSuroit_comJulie Tardif semble très heureuse de ce dénouement, mais admet qu’elle n’y serait pas arrivée sans le bouche-à-oreille alimenté par la présence des Jardins Glenorra au Marché fermier du Comté de Huntingdon et au Marché champêtre de Rigaud ainsi qu’à la distribution de ses paniers biologiques.

« Je conseille à tous les fermiers de passer par le modèle des marchés parce qu’il s’y crée un contact avec le client qui devient fort important. Ce fut pour nous une excellente expérience. Les marchés nous ont permis de nous faire connaître par la population et par les Fermes Lufa qui nous ont eux-mêmes contactés » conclut madame Tardif.

Certaines personnes seront peut-être déçues d’apprendre qu’il n’est donc plus possible de commander des paniers de légumes biologiques des Jardins Glenorra. Sachez toutefois qu’il existe bon nombre de producteurs dans la région qui offre cette opportunité.

——-

Les billets sur l’entrepreneuriat et l’agrotourisme présentés en collaboration avec le CLD du Haut-Saint-Laurentsont l’occasion de mettre à l’avant les producteurs, artisans et entrepreneurs de chez nous. En attendant le prochain billet sur des artisans ou des entreprises du domaine de l’agrotourisme, visitez les sites Web du CLD du Haut-Saint-Laurent et de Tourisme Suroît. Vous pouvez aussi lire ou relire nos précédents billets portant :

_____________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________


Share
Posté dans: Affaires et entrepreneuriat, Agroalimentaire, Billets CLD Haut-St-Laurent, Haut-Saint-Laurent, Nouvelles générales, Tourisme Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Un Prix Performance en vue pour Beauharnois-Salaberry Un Prix Performance en vue pour Beauharnois-Salaberry
Un «Employeur Remarquable»  au 16e Salon de l’emploi Un «Employeur Remarquable» au 16e Salon de l’emploi
Les Vergers Ivahnöe Faille, des pommes et bien plus Les Vergers Ivahnöe Faille, des pommes et bien plus
Bien attaché, pour une rentrée en sécurité Bien attaché, pour une rentrée en sécurité

Une réponse à "Entrepreneuriat : les légumes biologiques des Jardins Glenorra"

  1. Caroline Morency dit :

    Bravo et longue vie !! 🙂

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2017 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.