Agrotourisme – À découvrir : La Ferme verte Aux petits sabots

Ferme-verte-aux-petits-sabots-Valentin-et-Pierre_Gendron-photo-INFOSuroit_com(Marie-Ève Rochefort) – Avez-vous déjà été en présence de chèvres qui, comme des chiens, cherchent à se faire caresser par les visiteurs ? Peut-être avez-vous déjà eu la chance de voir le principal bouc reproducteur tendre la patte à son éleveur pour se faire gratter la tête ? Comme les animaux de la Ferme verte Aux petits sabots sont traités aux petits oignons et avec amour, pas étonnant qu’ils soient autant faciles d’approche. Élevés naturellement sans antibiotiques jusqu’à maturité pour offrir à la population une viande de chevreau de qualité, ces bêtes font de cette petite entreprise d’Ormstown une autre merveille à découvrir sur le territoire. Plein feu sur cette petite ferme familiale, le sujet de notre plus récent billet sur l’agriculture et l’agrotourisme, présenté en collaboration avec le Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-Laurent.

Une question de santé

Ferme-verte-aux-petits-sabots-boucs-et-Pierre_Gendron-photo-INFOSuroit_comPierre Gendron est celui à qui on doit la création de la Ferme verte Aux petits sabots. Il vivait à l’époque avec Isabelle, sa conjointe malheureusement décédée des suites d’un cancer. Désirant s’alimenter de nourriture dépourvue d’hormones (qui favorisaient l’expansion de la maladie) le couple n’a eu d’autre choix que de se tourner vers la création de leur propre entreprise puisqu’au Québec, il est bien difficile de connaître la provenance de la viande. Les deux complices ont adoré l’expérience, si bien qu’Isabelle a poussé un peu plus loin la production en créant notamment des savons à base de lait de chèvre. Aujourd’hui, Pierre Gendron poursuit son périple avec Nathalie, une femme tout autant préoccupée par l’idée de manger sainement et de proposer des produits locaux à la population.

« On a fait plein de tests et on s’est rendu compte que traiter un animal qui n‘est pas malade amène plus de chance de l’être parce que son système immunitaire doit combattre un vaccin et malheureusement ça laisse place à plein d’autres choses. On fait plutôt des interventions ciblées. On soigne uniquement l’animal qui présente des signes de faiblesses ou de carence. On va faire le groupe uniquement si le problème ne se règle pas ou si d’autres bêtes sont malades », a commenté monsieur Gendron.

Le producteur est de ceux qui adhèrent à cette façon de penser qui dicte que l’on est ce que l’on mange. Il est donc primordial de connaître la provenance de sa nourriture ainsi que sa composition. Pas étonnant alors que la prémisse de Pierre Gendron soit d’être «autosuffisant et de partager les richesses de la terre ».

« La vraie vie, c’est de s’occuper des autres comme on aimerait qu’ils s’occupent de nous. Ma philosophie est de respecter l’animal pour qu’en échange, il m’offre une viande de qualité. D’ailleurs, la Ferme verte Aux petits sabots est reconnue pour la qualité et non pas pour le volume de viande vendue », ajoute-t-il.

Un élevage minutieux

Ferme-verte-aux-petits-sabots-moutons-photo-INFOSuroit_comPour le producteur, il existe 1001 façons d’élever un animal. Toutefois, il faut y mettre les efforts et le temps nécessaire pour que la bête soit autant affectueuse. La règle est la même si l’on veut obtenir une viande de qualité.

« On se spécialise dans le chevreau de boucherie lourd et l’agneau lourd parce qu’on amène nos animaux à maturité. Ça fait partie de notre philosophie de ne pas envoyer de bébés à l’abattoir. L’agneau est prêt à environ 5 mois alors que le chevreau a besoin 9 mois. Tout ce temps-là, l’animal a besoin d’être bien nourri et d’obtenir les soins nécessaires », poursuit-il.

À ce sujet, monsieur Gendron nous a expliqué que, pour créer une ambiance intéressante pour ses bêtes, il syntonise une radio dont la musique est relaxante. En plus d’être en bonne santé, les animaux sont donc cultivés musicalement !

Des produits de toutes sortes

Savons-lait-de-chevre-Ferme-verte-aux-petits-sabots-photo-INFOSuroit_comÀ la Ferme verte Aux petits sabots, vous trouverez une foule de produits qui sauront satisfaire les appétits gourmands : côtes levées, gigots, jarrets, viande hachée, carré d’agneau et bien plus. Vous y retrouverez aussi des produits transformés tels que des terrines, des cannellonis farcis à la viande caprine, du smoked meet ou des saucisses aromatisées à la bière !

Pour les fanatiques d’artisanat, vous serez également comblés en passant votre tour à la petite ferme familiale d’Ormstown alors que vous y découvrirez des savons à base de lait de chèvre. Certains sont aussi enrobés de feutrage confectionné à partir de couches de laine de mouton (provenant de sa production) et de laine de cachemire ou d’alpaga. Pierre Gendron fait donc affaire avec des producteurs locaux pour réaliser cette deuxième couche de feutrage.

Quelques faits inusités

Ferme-verte-aux-petits-sabots-produits-transformes-photo-INFOSuroit_comLa Ferme verte Aux petits sabots est située sur un ancien terrain de chasse où des chasseurs des États-Unis arrivaient en hélicoptère ! Le site s’est ensuite spécialisé dans la production de faisans et proposait une table champêtre.

Selon monsieur Gendron, une excellente façon de chasser le cafard est de s’installer avec une brosse et un banc près d’un de ses animaux pour retrouver le sourire.

Son principal bouc reproducteur porte le nom de Valentin. L’une de ses caractéristiques est qu’il a horreur que ses sabots touchent le gazon.

Pierre Gendron a commencé sa production en 2009 avec 20 chèvres et 20 brebis. Il possède aujourd’hui 157 têtes. Il compte également développer la race Dorper qui se caractérise par une deuxième couche de muscles, une prise de poids plus rapide, un pourcentage de gras moindre et de belles pièces de viande.

N’hésitez pas à vous rendre au 260, 3e rang à Ormstown pour rencontrer les bêtes attachantes de Pierre Gendron. Vous pouvez également visiter le site Internet de la Ferme verte Aux petits sabots pour jeter un œil sur l’éventail de produits.

_____

En attendant le prochain billet sur des artisans ou des entreprises du domaine de l’agrotourisme, vous pouvez consulter l’édition 2014 du Guide Gourmand du CLD du Haut-Saint-Laurent. Ce guide répertorie les producteurs ainsi que la variété des produits offerts dans la région. Vous pouvez aussi lire ou relire nos billets précédents :

____________________________________________________________________


Share
Posté dans: Affaires, Agroalimentaire, Environnement, Haut-Saint-Laurent, Nouvelles générales, Tourisme Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Rapport annuel du CLD Beauharnois-Salaberry : dynamisme économique régional Rapport annuel du CLD Beauharnois-Salaberry : dynamisme économique régional
Journée nationale des patriotes et congé férié au CISSS de la Montérégie-Ouest Journée nationale des patriotes et congé férié au CISSS de la Montérégie-Ouest
Grande vente de livres au profit d’Espace Suroît Grande vente de livres au profit d’Espace Suroît
Le Marché Fermier au Centre d’hébergement Huntingdon le 5 mai Le Marché Fermier au Centre d’hébergement Huntingdon le 5 mai
Finale régionale du Défi OSEntreprendre : deux gagnants de Beauharnois-Salaberry Finale régionale du Défi OSEntreprendre : deux gagnants de Beauharnois-Salaberry

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2019 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.