Début de la fin de la saga du Kathryn Spirit

Anne_Minh-Thu_Quach deputee Salaberry-Suroit Photo courtoisie sept_2017(Anne Minh-Thu Quach) – Décembre 2017 marque enfin le début des travaux de démantèlement de l’épave du Kathryn Spirit après 6 ans de saga et des millions de dollars publics jetés à l’eau. Le gouvernement a octroyé à l’automne un contrat de 12 M$ pour qu’enfin la démolition ait lieu. Le consortium formé d’Excavation René St-Pierre inc. (filiale du Groupe St-Pierre responsable de l’arrivée du bateau à Beauharnois en 2011 sans avoir les autorisations provinciales et municipales) et ayant déjà reçu 8 M$ du gouvernement pour sécuriser la carcasse rouillée) et Englobe Corp. L’opération de démantèlement pourrait durer deux ans

Le navire fantôme en plus de polluer visuellement les rives de Beauharnois est un risque pour la santé publique puisqu’il contient notamment des BPC et de l’amiante. En l’été 2016, une opération d’urgence au coût de 8 M$ a permis de sécuriser le navire et par le fait même l’eau du lac Saint-Louis qui approvisionne les municipalités du Grand Montréal.

Alors que l’on se réjouit du début des travaux, le contrat pose plusieurs problèmes, dont le fait qu’aucune pénalité financière ne sera facturée en cas de retard dans les travaux.

Le projet de loi C-64 est la réponse du gouvernement aux bateaux abandonnés est très intéressant. Ce projet permettra notamment de renforcer les pouvoirs de la garde côtière et de demander une assurance aux propriétaires de navires. Cependant, nous n’en savons pas plus sur cette assurance (quel montant sera couvert pour quel type de navire, etc.). Je travaillerai en collaboration avec ma collègue Sheila Malcomson dans le but de bonifier ce projet de loi notamment en incluant des éléments cruciaux du projet de loi C-352 de la députée néodémocrate Sheila Malcomson qui malheureusement a été rejeté par les libéraux avant même qu’il soit débattu en Chambre. Dans ce projet de loi structurant, Malcomson demandait entre autres d’identifier la Garde côtière comme le receveur d’épaves pour éviter des situations chaotiques entre trois ministères (Transports Canada, Environnement Canada et Pêches et Océans) qui se lançaient la balle à savoir qui était responsable du dossier du Kathryn Spirit. De plus, le projet de loi C-352 demandait de créer un registre des propriétaires de bateaux et un fonds pour recycler les bateaux abandonnés.

Finalement, nous devrons encore suivre le dossier de près pour être certain que toutes les règles de sécurité seront appliquées pour que le lac Saint-Louis ne soit pas pollué ou la santé des habitants affectés car l’épave contient 9000 litres de contaminants.

Tout comme moi, passez à l’action et exiger du gouvernement une meilleure protection des eaux en cas de navires abandonnés et signer cette pétition.

Joyeux Noël et bonne année 2018!
À bientôt !

Anne Minh-Thu Quach
Députée fédérale de Salaberry-Suroît et porte-parole du Nouveau Parti Démocratique en matière de jeunesse

T : 450 371-0644
C : [email protected]

___

Vous pouvez lire ou relire les billets précédents d’Anne Quach :


Share
Posté dans: Beauharnois, Beauharnois-Salaberry, Chronique Anne Quach, Environnement, Nouvelles générales, Politique Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Les oléoducs de la discorde, le nouveau billet d’Anne Quach Les oléoducs de la discorde, le nouveau billet d’Anne Quach
Cyclisme : des courses enlevantes à Ste-Martine et Beauharnois Cyclisme : des courses enlevantes à Ste-Martine et Beauharnois
Le développement durable a de plus en plus la cote Le développement durable a de plus en plus la cote
Vaudreuil-Dorion lance sa politique environnementale Vaudreuil-Dorion lance sa politique environnementale

2 Réponse à "Début de la fin de la saga du Kathryn Spirit"

  1. Serge Gamelin dit :

    A qui de droit,

    Je suis très heureux du début de la fin de la saga du Kathryn Spiritque, mais je ne peux m’empêcher de faire remarquer au gouvernements autant Québécois que Fédéral qu’une saga comme celle là est digne d’un des grands scandales des récentes années. Le ridicule ne tue pas, mais quand le groupe St-Pierre qui a apportés ce bateau sur les rives du lac St-Louis pour le démolir sans autorisation obtiennent un contrat de 11 millions pour finalement le démolir c’est de la bouillie pour les chats qui coûte très cher. De plus, je lis que c’est seulement dans 2 ans que la démolition sera complétée.

    Voilà je m’arrête ça sent tellement mauvais cette affaire que j’en reste bouche bée.

    Sur ce, le groupe St-Pierre rira bien de la population dans 2 ans quand il ira se prélasser au soleil au frais des contribuables Canadiens.

    Bonne vacance M. ST-PIERRE.

  2. Judith Lavoie dit :

    C’est dangereux et il est temps que ça se finisse

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2018 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.