Facebook Linkedin Twitter Google+ RSS

Tournons le dos aux énergies d’hier

annequach-a-la-chambredescommunes-photo-courtoisie(Anne Minh-Thu Quach) – Le gouvernement Trudeau se cache derrière l’image d’un grand défenseur de l’environnement et ami des Premières nations. Tous avaient été impressionnés par son rôle important lors du Sommet international sur le climat à Paris, en 2015. Or, depuis la signature de l’Accord de Paris, il a renié chacun de ses engagements. Le Canada peut et doit faire mieux, il en va de l’héritage que l’on lèguera à nos enfants, et à aux leurs.

Depuis le début du projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada en 2013, l’opposition est vive tant chez les citoyens de Salaberry-Suroit que chez les députés du NPD. Nous adoptons une posture progressiste et responsable envers les générations futures : sans processus d’évaluations environnementales crédibles et rigoureux, pas de projet.

Accepter Énergie Est c’est accepter l’expansion de l’exploitation des sables bitumineux, c’est accepter l’augmentation du transport ferroviaire. En effet, du point de vue des producteurs de pétrole, pipeline et train vont ensemble, ce sont des moyens de transport complémentaires. Il est faux de croire que le transport ferroviaire diminuera. Les risques augmenteront nécessairement. D’autres tragédies comme Lac-Mégantic sont inévitables. De plus, Énergie Est parcourra 860 cours d’eau, dont la majorité se trouve sur notre territoire. Nous ne pouvons pas choisir entre l’eau et le pétrole. Accepter Énergie Est, c’est accepter l’augmentation de la production et de ses risques. D’ailleurs, il est inacceptable que depuis l’élection du gouvernement Trudeau, ce dernier n’ait pas rétabli des mesures de protection de notre environnement telles que la Loi sur les pêches, et la loi sur la protection des eaux navigables.

Enfin, le projet d’Énergie Est n’a pas encore démontré ses retombées pour l’économie du Québec. Il est souhaitable de transformer nous-mêmes nos ressources naturelles, dans ce cas-ci, de raffiner notre pétrole et créer de bons emplois. Mais ce qui est sur la table consiste essentiellement à exporter un produit qui a des impacts écologiques majeurs sans réelle plus-value locale, sans création d’emplois à long terme. En effet, la valeur des exportations canadiennes de pétrole et de gaz totalisait 93 milliards $ en 2015 (1). Le Canada exporte actuellement 73% (2) de sa production de pétrole brut et 51 % de son gaz naturel (3).

Au niveau mondial, le Canada exerce la 8e empreinte écologique par habitant; c’est deux fois et demie la moyenne mondiale. Les Canadiens consomment environ 3,5 fois de leur part équitable de la bioproductivité chaque année. Le Canada doit et peut faire mieux (4).

Agir de manière responsable, dans les circonstances, est de protéger notre environnement et miser le plus rapidement possible sur les énergies renouvelables. L’industrie mondiale de l’énergie verte est un secteur qui générera près de 3 billions de dollars par an en 2020 (5). À titre d’exemple, selon un rapport de l’organisme Clean Energy Canada, le secteur canadien des énergies renouvelables a connu une forte croissance depuis 2009 avec environ 25 milliards de dollars investis et une progression de 37 % de l’emploi. L’énergie propre et durable fait plus que de simplement réduire les risques des changements climatiques, elle apporte de nouveaux emplois, des revenus d’investissements et une compétitivité accrue. Et cela est vrai dans les autres sphères de la transition énergétique soit les transports propres, l’économie circulaire (recyclage et valorisation des déchets), l’efficacité énergétique des bâtiments, la filière bois, la chimie verte et les biocarburants.

Bien entendu, nous ne pouvons pas nous passer du pétrole demain matin. Nous en sommes conscients. Mais nous pouvons dès aujourd’hui travailler pour mettre fin à notre dépendance envers celui-ci. Nous devons travailler ensemble à construire un pays tourné vers les énergies de l’avenir. Sans équivoque, les combustibles fossiles sont l’énergie d’hier. Le Premier ministre Trudeau manque de vision et de leadership dans ce dossier. S’il a à cœur la jeunesse et la planète, comme il le prétend, il devra effectuer des choix conséquents.

Sur une note plus optimiste, j’aimerais finalement souligner une initiative très pertinente, au sein de Vaudreuil-Soulanges, soit la création du Comité 21 Québec – région Vaudreuil-Soulanges dont la mission est de diffuser la culture du développement durable auprès des entreprises, institutions, collectivités ainsi que de faire valoir son application comme un atout distinctif pour la région. Ce comité m’a incitée à effectuer un virage vert au sein de mon bureau de députée : j’entame des démarches pour tendre vers un bureau carbo-neutre et mettre sur pied des événements écoresponsables! C’est un défi!

Anne Minh-Thu Quach
Députée fédérale de Salaberry-Suroît à la Chambre des communes et porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière de jeunesse
T : 450 371-0644
C : quacha@parl.gc.ca

(1) www.rncan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/files/energy/pdf/10_KeyFacts_EnergySector_f.pdf
(2) www.rncan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/files/energy/pdf/EnergyFactBook_2016_2017_Fr.pdf
(3) www.iedm.org/files/booklet-energie0314.pdf
(4) www.wwf.ca/fr/nouvelles/publications/rapport_planete_vivante_2012.cfm
(5) www.anneminhthuquach.npd.ca/forum-sur-l-energie-et-l-industrie-propres
____

Vous pouvez lire ou relire les billets précédents d’Anne Quach :

___________________________________________________________


Share
Posté dans: Chronique Anne Quach, Nouvelles générales, Politique Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Le poids et le contenu des ordures peuvent poser problème Le poids et le contenu des ordures peuvent poser problème
Vaudreuil-Dorion : une des meilleures villes pour élever des enfants Vaudreuil-Dorion : une des meilleures villes pour élever des enfants
4,5 M$ pour rendre la distillerie Diageo moins polluante 4,5 M$ pour rendre la distillerie Diageo moins polluante
L’Agence spatiale canadienne invite une jeune fille de Vaudreuil-Dorion aux festivités du 150e du Canada L’Agence spatiale canadienne invite une jeune fille de Vaudreuil-Dorion aux festivités du 150e du Canada

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2017 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.