CLD Beauharnois-Salaberry – du positivisme malgré tout

Joanne_Brunet-et-Denis_Lapointe-CLD_Beauharnois_Salaberry-photo-INFOSuroit_com(Marie-Ève Rochefort) – Depuis mercredi dernier, nombreuses sont les personnes qui semblent s’inquiéter du développement régional et économique en raison de l’annonce du pacte fiscal transitoire du gouvernement libéral qui comprend la réduction de 300 M$ au budget des municipalités et la décentralisation des pouvoirs des Conférences régionales des élus (CRÉ) et des Centres locaux de développement (CLD). Dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, les différents acteurs concernés ont déjà réagi. Certains s’inquiètent de la suite des choses, alors que d’autres gardent une dose de positivisme.

C’est notamment le cas de Joanne Brunet et Denis Lapointe, respectivement directrice générale et président du CLD Beauharnois-Salaberry. Interrogés par INFOSuroit.com, ces derniers disent garder la tête froide, de même que les employés travaillant pour l’organisation, en attendant les prochaines instructions. Peu importe quelles seront les décisions du premier ministre Philippe Couillard, pas question d’abandonner les gens d’affaires de la région.

« Le message que je reçois du gouvernement du Québec, c’est qu’on ne met pas fin au développement économique des régions. On confirme seulement qu’il y a un mandat qui est donné à un gouvernement de proximité qui sont les MRC ou les municipalités et c’est à eux maintenant de décider la forme qui s’adapte le mieux à leur réalité. Cet élément de mobilisation et l’écoute qu’a eu le personnel du CLD afin d’être le porte-voix des entrepreneurs doivent demeurer », a commenté Joanne Brunet. « On va essayer de préserver les fonctions et la mission que doit accomplir le CLD », a poursuivi le maire Denis Lapointe.

Il faut comprendre que la nouvelle est moins crève-cœur pour les CLD que pour les CRÉ. En effet, ces dernières seront abolies alors que les Centres locaux de développement pourraient être conservés si les MRC abondent en ce sens.

Contactée par voie téléphonique, Linda Phaneuf, directrice générale de la MRC de Beauharnois-Salaberry, a préféré rester prudente considérant qu’il y a encore plusieurs points à éclaircir dans le dossier.

« On vient d’avoir l’autoroute 30, ce n’est pas le moment de tout arrêter. On a cette vision de s’accroître et de se développer. Les élus partagent aussi cette volonté. On essaie de rester positif malgré tout », a-t-elle fait savoir.

Dans la dernière année, le CLD Beauharnois-Salaberry a réalisé 4 000 interventions sur le terrain auprès de quelque 300 entreprises du territoire. Mentionnons également qu’il reçoit environ 10 000 appels par année.

La fin des CRÉ

CRE-Hotel-de-region-a-Valleyfield-facade-Photo-INFOSuroit_com_INFOSuroit.com en a aussi profité pour recueillir les commentaires d’Éric Corbeil, conseiller en communication à la Conférence régionale des élus de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. Loin d’être pessimiste, il croit au développement régional et espère qu’une alternative sera proposée pour en assurer la continuité.

« On continue de travailler sur les dossiers comme si de rien n’était. Pour ce qui est de l’avenir, c’est flou puisqu’on n’a pas de directives. Il est difficile de quantifier les impacts de cette abolition, mais on peut affirmer que l’expertise en développement social, en agroalimentaire, en développement économique, en ressources naturelles et à la lutte au décrochage scolaire va nous quitter. On n’aura plus personne sur le terrain pour travailler de façon régionale. Ce sera à la MRC de décider si elle continue de travailler ces dossiers », nous a-t-il confié.

Monsieur Corbeil a aussi mentionné qu’il était important de permettre aux élus, aux villes ainsi qu’aux acteurs de la région de se concerter via une instance régionale regroupant les 5 MRC du territoire. Notons que la CRÉ Vallée-du-Haut-Saint-Laurent a soutenu des projets à la hauteur de 11,5 millions de dollars au courant des 5 dernières années, ce qui correspond à un peu plus de 2 M$ par année. Rappelons en terminant que l’organisation invite la population à son prochain Déjeuner du président qui se veut un grand rassemblement des partenaires de la région pour la protection de nos acquis le vendredi 14 novembre, 8 h.

__

Pour connaître les réactions des autres instances de la région, je vous invite à lire les articles suivants:

____________________________________________________________________________


Share
Posté dans: Affaires, Beauharnois-Salaberry, Nouvelles générales, Politique Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Aide financière de 700 000 $ au MUSO et  à Pointe-du-Buisson Aide financière de 700 000 $ au MUSO et à Pointe-du-Buisson
Un budget de 86,6 millions pour la Ville de Vaudreuil-Dorion Un budget de 86,6 millions pour la Ville de Vaudreuil-Dorion
Annie Bergeron nouvelle directrice générale de la Chambre de commerce Annie Bergeron nouvelle directrice générale de la Chambre de commerce
Nouvelles journées pour la collecte des matières recyclables à Vaudreuil-Dorion Nouvelles journées pour la collecte des matières recyclables à Vaudreuil-Dorion
Fin du Taxibus de la MRC de Beauharnois-Salaberry le 1er janvier Fin du Taxibus de la MRC de Beauharnois-Salaberry le 1er janvier

Une réponse à "CLD Beauharnois-Salaberry – du positivisme malgré tout"

  1. Erick Pelchat dit :

    Beaucoup d’annonces sont faites dernièrement par le Gouvernement pour réduire les niveaux d’administration coûteux. Par les lectures que je fais, je comprend que le Gouvernement s’appuie sur des données pour juger de la non productivité (coûts versus revenus générés) de certaines administrations et organismes. Pour cette raison, je suis d’accord. Il faut arrêter de vivre grassement et de toujours pelleter par en avant. Nous sommes en compétition contre le monde. Il faut dépenser toujours moins si on veut rester riches. Mais avec les services qui coûtent toujours plus chers (sans en avoir plus), comment y arriver. Et comment être responsable et à la fois encourager l’immobilisme?

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2019 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.