Facebook Linkedin Twitter Google+ RSS

Agrile du frêne – Salaberry-de-Valleyfield en mode prévention

frenes-arbres-le-long-ancien-canal-de-beauharnois-a-valleyfield-photo-infosuroit_comL’agrile du frêne constitue un grand danger pour la foresterie urbaine, mais n’a toutefois pas encore été identifié sur le territoire campivallensien. Cependant, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield est en mode préventif et compte bien tout faire pour protéger son territoire. Lors d’un point de presse le 20 septembre en bordure de l’ancien canal de Beauharnois sur la rue Hébert, l’on a appris que la Ville a été sélectionnée par Arbres Canada pour recevoir un don de 12 litres de produit TreeAzin, d’une valeur de 7 200 $, afin de l’aider à protéger 66 frênes contre l’insecte ravageur.

Agrile-du-frene-insecte-photo-courtoisie-publiee-par-INFOSuroit_com« L’agrile du frêne est un problème sérieux qui menace les forêts urbaines dans l’Est de l’Ontario et l’ouest du Québec. Le traitement des frênes avec TreeAzin, un produit de BioForest, aidera à protéger le couvert forestier qui offre des bienfaits inestimables sur l’environnement et sur la santé des communautés », a souligné Michael Rosen, président d’Arbres Canada.

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Denis Lapointe, a mentionné quant à lui que « Grâce à l’apport d’Arbres Canada et de BioForest, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield fait un pas de plus dans l’application préventive de sa stratégie de gestion de l’agrile du frêne sur son territoire. Je rappelle que l’agrile du frêne n’a pas encore été identifié sur notre territoire, d’où la valeur toute particulière de cette donation. C’est donc par son approche en développement durable que la Ville assume un leadership de préservation de sa forêt urbaine, en plus de sensibiliser le public aux effets de l’agrile du frêne. Salaberry-de-Valleyfield se fait un devoir de promouvoir des environnements sains pour les familles afin que les citoyens puissent profiter d’une qualité de vie accrue et durable dans leur milieu. »

Rappelons que l’agrile du frêne est un insecte qui s’attaque aux frênes et cause leur mort en seulement quelques années. La détérioration de l’arbre est rapide, 4 à 6 ans; une action doit être prise à temps afin de sauver le frêne. L’agrile du frêne, originaire d’Asie, a été découvert en Amérique du Nord en 2002 et a causé la perte de plus de 20 millions de frênes. Il a été noté que les répercussions sont majeures : réduction importante de la canopée ayant pour conséquences des îlots de chaleur, la qualité de l’air, la rétention d’eau, la valeur des propriétés, l’ambiance paysagère des quartiers, la santé.

arbre-frene-au-parc-paquette-valleyfield-photo-infosuroit-comPlusieurs frênes sont malades en Montérégie, mais l’agrile n’en est pas nécessairement encore la cause. Cependant, des débuts d’infestation sont notés à La Prairie et, plus près de Salaberry-de-Valleyfield, à Châteauguay et à Vaudreuil-Dorion.

Stratégie : inventaire et prévention
La stratégie municipale de prévention concerne d’abord les frênes publics. Un dépistage visuel sur l’ensemble du territoire a été effectué en 2013 et un second en 2015. L’équipe municipale effectue de l’écorçage annuellement depuis 2015 sur des frênes suspects lors de travaux d’élagage. L’opération de retirer l’écorce de l’arbre permet de vérifier la présence ou non de l’insecte. Une nouvelle démarche est mise en place à l’automne 2016 en ajoutant à l’inventaire 2 000 frênes.

« Plusieurs frênes sur le territoire présentent des signes d’éclaircissement de la ramure et de la cime depuis 2015. L’ingénieur forestier qui a effectué l’analyse sur notre territoire n’attribue pas ces symptômes à la présence de l’agrile. La problématique de l’état de santé des frênes dans la vallée du Saint-Laurent serait assez répandue, d’où la nécessité encore plus grande de protéger, en amont, les frênes encore en santé. L’état général des arbres, notre situation géographique et la présence d’agrile confirmée dans des villes avoisinantes nous portent à croire que l’agrile pourrait être présent. Nous nous devons donc d’agir immédiatement », souligne Maggy Hinse, conseillère en environnement à la Ville de Salaberry-de-Valleyfield.

Précisons que Valleyfield possède un inventaire partiel des arbres publics sur son territoire. À ce jour, 270 frênes sont inventoriés, principalement dans des espaces publics fréquentés.

Traitement préventif
L’obtention du produit TreeAzin pour traiter les arbres d’espaces publics importants permet d’assurer l’implantation, rapide et localisée, d’un plan de gestion de l’agrile du frêne. Ce plan pourrait ensuite s’étendre graduellement chaque année à d’autres espaces d’importance qui seront détectés, puis au territoire entier de la ville (superficie de 103 kilomètres carrés).

« Quatre sites ont été ciblés par la demande de soutien à Arbres Canada. Ces espaces publics ont été retenus pour leur importance en raison d’un haut niveau de fréquentation citoyenne, de ce que représente le lieu et leur forte concentration en frênes matures : Rive Nord du bord de l’Ancien canal de Beauharnois Est (33 arbres traités), Aménagement central de l’avenue du Centenaire (10 arbres traités), le Parc Paquette (secteur Saint-Timothée – 19 arbres traités), et le Parc Gagnier (4 arbres traités). Les arbres traités sur ces sites ont été sélectionnés selon des critères précis, telles la vigueur de l’arbre, sa structure, sa taille et sa position géographique », a expliqué Marie-Lou Lacasse, technicienne en environnement à la Ville de Salaberry-de-Valleyfield et arboricultrice certifiée de la Société internationale d’arboriculture.

arbres-frenes-parc-paquette-secteur-sttimothee-valleyfield-photo-infosuroit

Des arbres malades au parc Paquette

Mmme Lacasse a expliqué que le TreeAzin, un pesticide dont l’ingrédient actif est extrait des graines de margousier, est injecté dans l’arbre afin d’empêcher l’alimentation et la mue des larves. Le travail est réalisé grâce au partenariat avec BioForest et un fournisseur de services accrédité par celui-ci. L’agrile du frêne n’est pas un insecte dangereux pour l’humain, mais hautement ravageur pour les peuplements de frênes partout au Québec et en Amérique du Nord.

Si toutefois des frênes devaient être abattus, malgré les efforts de conservation, la Ville possède une politique interne de remplacement de chaque arbre abattu. Cet objectif est aussi consolidé dans le Plan d’action en développement durable avec une majeure en environnement (PADD-E) qui a été adopté en 2010 et mis à jour en 2016.

La Ville effectuera des plantations de succession, soit des plantations à proximité des arbres existants, lorsque l’espace est disponible, et ce, en prévision d’un abattage éventuel.
Les responsables de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield travaillent actuellement à l’élaboration des plans de plantation de succession prévue en octobre 2017.

Si vous pensez qu’un arbre public est infesté, notez la localisation de l’arbre, prenez une ou des photos si possible et communiquez avec la Ville de Salaberry-de-Valleyfield au 450 370-4820. Les citoyens qui possèdent des frênes chez eux et qui désireraient protéger leurs arbres de l’agrile du frêne peuvent aussi composer ce numéro pour obtenir des conseils sur les moyens à utiliser pour contrer l’infestation (si elle est présente).

arbres-frenes-parc-paquette-valleyfield-septembre-2016-photo-infosuroit

____________________________________________________________________________


Share
Posté dans: Beauharnois-Salaberry, Environnement, Nouvelles générales, Valleyfield Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Un nouveau site Web pour La Factrie, Café culturel Un nouveau site Web pour La Factrie, Café culturel
Favoriser les échanges intergénérationnels grâce à la culture Favoriser les échanges intergénérationnels grâce à la culture
1er Tournoi de golf bénéfice au profit de Beauharnois en santé 1er Tournoi de golf bénéfice au profit de Beauharnois en santé
Exposition d’autos et soirée rétro à l’Agora citoyenne Exposition d’autos et soirée rétro à l’Agora citoyenne

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2017 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.