Responsables des services de garde en milieu familial : grève lundi

Mélanie Piché (ADIM Suroît), Pierre Jobin (CSQ) & Marlène Carbonneau (FIPEQ)-Photo INFOSuroit.com

Les responsables de service de garde en milieu familial (RSG), affiliées à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) procéderont lundi à des moyens de pression qui ont pour but d’encourager le gouvernement à négocier plus sérieusement. Dans le Suroît il y a 835 responsables de service de garde (RSG) en milieu familial.

Ils sont  membre de l’Alliance des intervenantes en milieu familial du Suroît (ADIM Suroît-CSQ). Ils sont à Châteauguay, Huntingdon, Pincourt, Saint-Constant, Salaberry-de-Valleyfield et Soulanges.  Dans notre région, ils ont la responsabilité de près de 6 000 enfants.

À l’échelle de la province lundi, les 12 500 RSG ouvriront leurs portes deux heures plus tard qu’à l’habitude, ce qui pourrait affecter les quelque 90 000 enfants dont elles s’occupent et les parents de ces enfants.

« La présidente du Conseil du Trésor, le ministre de la Santé et la ministre de l’Éducation ont démontré que ce gouvernement est capable de négocier sérieusement », fait remarquer Louise Chabot, vice-présidente de la CSQ.  « Il appartient maintenant à la ministre de la Famille d’en faire autant et de demander à ses négociateurs d’arrêter de se tourner les pouces et d’entamer un vrai processus de négociations ».

Un gouvernement qui refuse de négocier ?

Les négociations des RSG ont officiellement débuté au mois de février dernier, mais elles sont très loin de se dérouler à un rythme suffisant, selon la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ)-CSQ.

Le problème est qu’après cinq mois de négociations à basse cadence, la partie patronale vient de décider unilatéralement de ne pas tenir de rencontres en juillet et août. Tout ça, alors que les RSG n’ont toujours pas reçu de propositions concrètes de la part des négociateurs patronaux, pas plus que de réponses substantielles à leurs demandes.

« Avec une telle attitude des représentants du gouvernement, les négociations risquent de traîner inutilement et de se répercuter sur les enfants et les parents », selon Sylvie Tonnelier, présidente de la FIPEQ-CSQ.

Des activités de sensibilisation

Rappelons qu’au début du mois de juin, plus de 92 % des RSG affiliés à la CSQ se sont prononcé pour la grève afin d’activer leurs négociations avec le gouvernement.

Au cours de la journée de lundi, les RSG tiendront une première série de moyens de pression. En plus d’ouvrir leurs portes deux heures plus tard, elles tiendront des activités de sensibilisation aux quatre coins du Québec.

Je vous rappelle que le 4 juin dernier INFOSuroit.com avait fait un article détaillé sur ce sujet.  Il y a quelques jours, c’est le quotidien La Presse qui parlait de la situation d’une responsable de service de garde de la région de Pincourt.

En résumé, les parents et nos tout-petits doivent se préparer puisque lundi les RSG passent de la parole aux actes avec 2 heures de grève.


Share
Posté dans: Beauharnois-Salaberry, Communautaire, Haut-Saint-Laurent, Nouvelles générales, Vaudreuil-Soulanges Marqueurs: , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Nouveau règlement sur les animaux à Salaberry-de-Valleyfield Nouveau règlement sur les animaux à Salaberry-de-Valleyfield
Plusieurs postes disponibles chez Valtech Fabrication Plusieurs postes disponibles chez Valtech Fabrication
Découvrez le métier d’aide-machiniste chez Groupe Meloche Découvrez le métier d’aide-machiniste chez Groupe Meloche
Acquisition de radars pédagogiques dans Beauharnois-Salaberry Acquisition de radars pédagogiques dans Beauharnois-Salaberry
Châteauguay met en place un module électoral pour les citoyens Châteauguay met en place un module électoral pour les citoyens

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2021 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.