Le déménagement : loin d’être un nouveau départ pour tous

La députée de Salaberry-Suroît Claude DeBellefeuille signe sur INFOSuroit des billets pour traiter des enjeux locaux et de ce qui se déroule dans les coulisses de la Chambre des communes à Ottawa. Voici son nouveau billet qui porte sur le logement social :

deputee-Claude_DeBellefeuille-depot-projet-de-loi-24fev2020-photo-courtoisie-Chambre-des-communes

Le 1er juillet, journée du déménagement, marque le début d’une belle aventure pour une grande majorité de Québécoises et de Québécois. Ils emménagent dans un logement ou une propriété en vue de réaliser leurs rêves.

Le déménagement est loin d’être un nouveau départ pour tous. Mois après mois, des aînés, des familles et des résidents les plus vulnérables de la circonscription de Salaberry-Suroît et de partout au Québec luttent pour préserver leur toit. Ils consacrent plus de 50 % de leurs revenus au paiement du loyer d’un logement souvent désuet. Oui, notre parc immobilier en logement social a besoin d’amour. Il vieillit et des travaux d’entretien s’imposent.

Une quinzaine d’intervenants en logement social m’en ont fait part en juin lors d’une tournée que j’ai organisée dans notre circonscription. Mon collègue Denis Trudel, député de Longueuil-Saint-Hubert et porte-parole du Bloc Québécois en matière de Solidarité sociale, a participé aux discussions virtuelles.

Situation inquiétante

La situation est inquiétante. Le saviez-vous? Il manque environ 1000 logements sociaux seulement pour la population de Salaberry-Suroît. C’est énorme. Il suffit d’en construire, dites-vous?

Bâtir et rénover nos logements sociaux demandent des investissements importants. Québec est en attente d’une somme de 1,4 milliard de dollars d’Ottawa, pourtant promise en 2017 dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement. Pour percevoir leur part de l’enveloppe de plus de 55 milliards de dollars, le Québec et les provinces devaient respecter les conditions du gouvernement fédéral. Québec a unanimement dit non.

Pourquoi? Parce que la Stratégie nationale sur le logement n’englobe pas le concept unique d’habitation développé depuis des années au Québec. Je parle ici du programme AccèsLogis, issu d’une concertation des secteurs public, communautaire et privé. Des coopératives, des habitations à loyer modique et des organismes à but non lucratif dédiés au logement ont vu le jour au Québec, grâce à ce programme. Des histoires inspirantes ont été créées. Des histoires qui, à cause des conditions de la Stratégie nationale sur le logement, ne pourraient pas être financées aujourd’hui avec cet argent promis du fédéral.

Pourtant, bâtir des logements sociaux contribue au maintien de la population dans son milieu en plus de favoriser l’inclusion dans une communauté. S’assurer un toit adéquat ne devrait pas constituer un enjeu, un questionnement ou même un débat quotidien.

Pourquoi Ottawa nous dicte la façon de dépenser la somme de 1,4 milliard de dollars? Pourquoi le gouvernement fédéral conserve-t-il ce montant destiné aux Québécoises et aux Québécois alors que les questions du logement et de l’habitation s’avèrent des responsabilités exclusives du Québec et des provinces?

Évidemment, ces sommes bloquées à Ottawa ne sont pas les seuls facteurs qui limitent le déploiement de logements sociaux ici. La mise de fonds demandée et la pénurie de terrains disponibles pour ériger les bâtiments à l’intention des gens plus vulnérables mettent un frein à l’enthousiasme des promoteurs. Les coûts liés à l’entretien des immeubles, souvent assumés par les municipalités, posent aussi un défi. Mais l’accès rapide et sans conditions à ces 1,4 milliard de dollars pour nos logements sociaux demeure primordial.

Ottawa doit rendre la somme due à Québec pour faire avancer la cause du logement social chez nous. Les besoins sont bien identifiés et nous disposons de solutions pour permettre à chaque Québécoise, chaque Québécois, de se loger convenablement.

Claude DeBellefeuille
Députée de Salaberry-Suroît à la Chambre des communes

Courriel : [email protected]
Téléphone : 450 371-0644 (sans frais : 1 866 561-0644)

Vous pouvez lire ou relire les billets précédents de Claude DeBellefeuille :


Share
Posté dans: Beauharnois-Salaberry, Billet Claude DeBellefeuille, Nouvelles générales, Politique, Vaudreuil-Soulanges Marqueurs: , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Ça fait du bien de s’voir – tournée estivale de la députée Claude DeBellefeuille Ça fait du bien de s’voir – tournée estivale de la députée Claude DeBellefeuille
Réouverture du MUSO avec l’entrée gratuite les premiers dimanches de chaque mois Réouverture du MUSO avec l’entrée gratuite les premiers dimanches de chaque mois
Déménagements et collectes spéciales de carton dans Vaudreuil-Soulanges Déménagements et collectes spéciales de carton dans Vaudreuil-Soulanges
Une pivoine produite à Saint-Stanislas-de-Kostka en l’honneur de Pauline Marois Une pivoine produite à Saint-Stanislas-de-Kostka en l’honneur de Pauline Marois
Claude DeBellefeuille demande la réouverture des bureaux de Service Canada Claude DeBellefeuille demande la réouverture des bureaux de Service Canada

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2020 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.