Public Mobile se fout des citoyens et des municipalités

(Jean-Pierre Major) – Dans la vie d’aujourd’hui la majorité des entreprises, grandes et petites sont de bons citoyens corporatifs et travaillent dans le respect de la population et des instances gouvernementales fédérales, provinciales que municipales. Il y a malheureusement des exceptions, des entreprises comme Public Mobile qui cherchent des failles juridiques dans les lois afin de les exploiter uniquement à leurs profits.

Public Mobile est une jeune entreprise de téléphonie cellulaire. Elle installe actuellement des tours de télécommunications un peu partout dans la grande région de Montréal et chez nous dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent notamment à Châteauguay, Mercier, Pincourt et Vaudreuil-Dorion. Les villes ne sont pas consultées dans l’installation de ces infrastructures. Du jour au lendemain, les citoyens se réveillent avec une tour de téléphonie cellulaire dans leur rue ou leur quartier.

Il appert que si les tours ne dépassent pas une hauteur précise, rien n’oblige l’entreprise à aviser les municipalités. Il n’y a qu’Industrie Canada qui est au courant! Le citoyen lui, pour un cabanon, un garage, une piscine et même un abri d’auto, doit obtenir un permis de la ville. C’est complétement aberrant.

Le flou juridique est mis a profit d’entrepreneurs peu scrupuleux et les hauts gouvernements ferment les yeux. Public Mobile appartient à BMV Holdings, une entreprise canadienne qui compte sur plusieurs investisseurs du pays et aussi sur deux américains (Columbia Capital et M/C Venture Partners). Le chef de direction de Public Mobile est Alec Krstajic, un ancien de Bell mobilité.

Pour moi c’est le genre d’entreprise qui veut monter un réseau rapidement, pour faire de l’argent tout aussi rapidement. À voir les décisions d’aujourd’hui qui ressemblent à certaines prises à l’époque du Far West, il semble que Public Mobile ne soit pas devant un plan d’affaires sur 15 ou 20 ans. Je conçois qu’il y a peut-être un flou dans les lois en vigueur, mais le “Gros bon sens” et surtout le respect auraient pu primer. La procédure d’implantation du réseau aurait dû inclure des négociations avec les municipalités pour que le tout se fasse en harmonie avec l’aménagement du territoire et les plans d’urbanisme.

Dans toute cette affaire, la Ville de Châteauguay est coincée comme les citoyens. Si elle ne veut pas se réveiller dans 10 ans avec un nombre très élevé de petites antennes de téléphonie cellulaire, elle doit faire quelque chose. Pour l’instant, un communiqué a été rendu public vendredi dernier. Châteauguay y dénonce le fait que Public Mobile a installé sans aucune autorisation, ni discussion avec les autorités municipales une antenne de téléphonie cellulaire près d’un bâtiment de la rue Principale. On savait aussi que des approches avaient aussi été faites avec des membres de la Légion royale canadienne de Châteauguay il y a quelque temps afin d’installer une antenne sur leur terrain, toujours sans en informer les autorités municipales.

Pour la mairesse de Châteauguay Nathalie Simon, il faut amender les lois provinciales et fédérales qui ont préséance sur la loi qui régit l’aménagement du territoire et l’urbanisme des municipalités. « En ce moment, les compagnies de télécommunications peuvent planter leurs antennes où bon leur semble ».

Rappelons qu’à la même période l’an dernier, la compagnie Rogers Communications inc. voulait ériger une immense antenne de télécommunications sur un terrain du boulevard Saint-Francis, juste à l’entrée de la municipalité. Cette cause est toujours devant les tribunaux. « Il ne fait aucun sens que des compagnies puissent installer leurs infrastructures n’importe où sans que les municipalités et les citoyens qui y vivent n’aient un mot à dire », poursuit la mairesse de Châteauguay. « Il est plus facile pour ces compagnies d’installer leurs antennes où ils veulent que pour un citoyen d’installer un cabanon dans sa propre cour! »

La situation décriée dans le communiqué de la Ville de Châteauguay me fait penser au permis ou “claims” concernant le gaz de schiste. Il y a plus d’un an, Québec vendait à qui mieux mieux le sous-sol des municipalités de la province particulièrement celles longeant le fleuve Saint-Laurent, sans que les municipalités et les citoyens soient impliqués.

Pour revenir sur le dossier de Public Mobile, je ne suis pas juriste mais je pose la question; Est-ce qu’une injonction pourrait ralentir le processus ? Si oui, les municipalités visées, les MRC, les CRÉ, l’Union des municipalités du Québec et même la Fédération québécoise des municipalités pourraient y participer ensemble ou à tour de rôle pour ralentir le processus et mettre de la pression sur ces cow-boys des affaires.

Une belle campagne de boycott des produits de Public Mobile (en pleine année de lancement) pourrait aussi aider.

Pendant ce temps le CRTC et Industrie Canada qui ont permis tellement d’aberrations au fil des ans, n’ont même pas été foutus d’obliger les joueurs de télécommunications à se partager des infrastructures et conserver des espaces pour le futur. Alors si Bell a des tours à Châteauguay, Rogers qui souhaite compétitionner Bell devra s’en bâtir aussi, Public Mobile également, etc., etc.

Tous les députés qui sont en politique pour aider, vous avez là un beau dossier. Appuyez Châteauguay et toutes les villes qui veulent avoir un droit de regard sur l’aménagement de leur territoire et qui ont des plans d’urbanisme respectueux des citoyens et de la vie de quartier.

Ce n’est pas tout, je  n’ai pas encore aborder la santé dans ce dossier. Je suis certain que les ingénieurs de Public Mobile ont fait leur devoirs avec Industrie Canada concernant la santé et les radiations émises par les ondes de leur nouvelle tour. Mais plus on installe de tours de télécommunications sur un territoire, plus il y aura propagation des ondes. En tenant compte de l’addition de tous les signaux qui sont émis sur un territoire, est-ce qu’il est possible que nous soyons finalement trop exposé ? Ouf, j’arrête là.

Public Mobile jamais pour moi !

 

 


Share
Posté dans: Affaires, Châteauguay, Environnement, Nouvelles générales, Santé Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Des vidéos pour attirer de nouvelles familles à St-Louis-de-Gonzague Des vidéos pour attirer de nouvelles familles à St-Louis-de-Gonzague
Nomination de Nancy Poirier à la direction générale de la Ville de Châteauguay Nomination de Nancy Poirier à la direction générale de la Ville de Châteauguay
Une campagne promotionnelle sur les bonnes pratiques de déneigement Une campagne promotionnelle sur les bonnes pratiques de déneigement
Les 23 municipalités derrière la nouvelle vision du canal de Soulanges Les 23 municipalités derrière la nouvelle vision du canal de Soulanges
Les Riverains remettent 5 550$ à la Fondation Anna-Laberge Les Riverains remettent 5 550$ à la Fondation Anna-Laberge

Une réponse à "Public Mobile se fout des citoyens et des municipalités"

  1. Paul Robinson dit :

    La tour sur la rue Principale semble un peu plus haute que le poteau téléphonique à côté, et moins haute que les lampadaires chez Ficheault! On attend le service depuis 2 ans à Châteauguay de cette compagnie. Peut-être que c’est pour cela que la région n’a pas d’investissement, ni de service internet haute-vitesse???

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2018 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.