Une année marquée par l’innovation au Collège de Valleyfield

La pandémie a chamboulé le rapport à la technologie dans plusieurs sphères de la société, dont l’éducation, où enseignants tout comme étudiants et intervenants ont dû s’adapter à une réalité continuellement changeante. La direction des études du Collège de Valleyfield, en collégialité avec tous les départements du cégep, a fait preuve de créativité, de vision et d’ingénuité pour intégrer la technologie efficacement au cursus scolaire et dans ses autres projets, notamment pour le programme d’aide aux devoirs.

Myriam Arsenault, conseillère pédagogique, TIC, DTI, Ann Quesnel, conseillère pédagogique aux pratiques innovantes et responsable à l’international, Francine Bélair, directrice des études et Geneviève Boileau, directrice des affaires corporatives, du développement institutionnel et des communications, nous ont rencontrés pour une entrevue.

Alors que les mesures de la santé publique continuent d’évoluer, et que les cours se donnent à la fois en présentiel et en mode virtuel, le Collège de Valleyfield poursuit sa mission de la dernière année d’offrir un environnement sécuritaire dans lequel tous les acteurs se sentent confortables.

« Je salue la résilience et la capacité d’adaptation de notre institution, a lancé d’entrée de jeu Francine Bélair, directrice des études au Collège. Nous avons su investir rapidement dans des mesures qui ont servi au niveau des cours, mais aussi des services aux étudiants, de l’administration et de la technologie. »

La direction des études a rapidement développé des manières de travailler innovantes, qui leur ont permis d’avoir une longueur d’avance pour la tenue de cours co-modaux, soit à la fois en présentiel et en ligne. En effet, dans le cadre d’un sondage rempli par les étudiants, plusieurs de ceux-ci ont souligné le désir de revenir en classe, dans le respect des mesures. Myriam Arsenault, conseillère pédagogique, TIC, DTI, n’a donc pas chômé dans les derniers mois pour tout mettre en place pour permettre la tenue de ce type de cours le plus fluidement possible, dès le mois de février.

« Nous avons opté pour des solutions très technologiques en se procurant des caméras qui peuvent suivre les mouvements de l’enseignant et des micros d’excellente qualité, explique Mme Arsenault. Nous avons dépensé environ 1000 à 1500 $ par classe qui offre ce type de cours, incluant 2 classes à la Cité des Arts et des Sports pour l’éducation physique! »

Classe co-modale en techniques juridiques au Collège de Valleyfield

Un travail de collaboration

Au-delà des enjeux technologiques, il s’agit d’une toute nouvelle façon d’enseigner et d’apprendre. C’est pourquoi les conseillers en techno pédagogie du Collège ont travaillé de près avec les enseignants avant l’arrivée des classes co-modales. Ainsi, le personnel qui souhaitait utiliser cette alternative a pu assister à une rencontre explicative et recevoir un accompagnement individuel. Une rencontre pour récolter les commentaires du corps professoral et des étudiants est d’ailleurs prévue à la mi-session, dans le but d’améliorer le processus.

« Nous comprenons que la technologie peut être anxiogène pour certains, a précisé Geneviève Boileau, directrice des affaires corporatives, du développement institutionnel et des communications. C’est pourquoi nous offrons autant de support que possible aux professeurs et aux étudiants. »

Une initiative administrée par un finissant en Technique Informatique a été développée, permettant aux élèves d’échanger sur les meilleures pratiques et conseils pour faciliter l’utilisation de la technologie dans le cadre de leurs études. En plus d’agir comme un milieu de discussions, cette plateforme sur Teams est en quelque sorte une façon de recréer la vie collégiale et briser l’isolement pour ceux qui se sentent moins confortables de revenir en classe.

Cette même manière de communiquer est également utilisée par les enseignants qui se partagent des idées, des capsules vidéo, et trucs pour rendre cette nouvelle manière d’enseigner plus dynamique et conviviale.

« Les mesures d’aide pour chacun des programmes ont été bonifiées durant la pandémie, qui est exigeante pour les professeurs et les étudiants qui dépendent de nous, a ajouté Mme Bélair. L’agilité de notre équipe informatique y est pour beaucoup! »

Aide aux devoirs

Pour Ann Quesnel, conseillère pédagogique aux pratiques innovantes et responsable à l’international au Collège, cette pandémie aura eu un effet d’électrochoc sur un projet qu’elle mène depuis 2018, soit l’aide aux devoirs en partenariat avec des écoles secondaires de la région. Un projet qui a débuté avec une seule école, puis trois en 2019, en est maintenant à cinq écoles, avec 75 tuteurs collégiens pour 570 élèves de secondaire 3, 4 et 5.

« Je n’étais pas sûre que cette initiative allait pouvoir se poursuivre en raison de la pandémie, a mentionné Mme Quesnel. Mais nous nous sommes rapidement rendu compte que les besoins étaient de plus en plus criants. »

Les besoins des élèves en difficulté sont à la fois académiques et psychologiques, donc les tuteurs agissent autant en soutien aux devoirs, que pour écouter les étudiants qui vivent beaucoup d’anxiété et d’isolement, et les conseiller sur la gestion du stress.

La technologie a donc permis de rejoindre plus de personnes, alors que les séances se déroulent en ligne, en groupes de 1 à 3 étudiants par tuteur. Les étudiants du Collège, choisis par le corps professoral selon leurs notes dans certaines matières, leur qualité de leader et de vulgarisateur, ont reçu un coaching pour adapter leur tutorat à cette nouvelle réalité et pour rendre le tout plus ludique et dynamique.

« Les étudiants tissent de véritables liens entre eux, explique Mme Quesnel. Et l’an prochain, les tuteurs accueilleront les finissants du secondaire, qui pourront compter sur un visage familier pour débuter la prochaine étape de leur parcours scolaire. »

Une nouveauté au programme cette année, une dizaine de joueurs de l’équipe de football du Noir et Or se sont joints pour offrir des séances de tutorat athlétiques à des étudiants du Chêne Bleu! Cette offre s’ajoute au cours de mathématiques, science, histoire, français et anglais déjà offerts.

« Nous sommes très fiers du succès de ce programme et de l’enthousiasme des jeunes qui y participent, a conclu Mme Bélair. Cette initiative aide à la réussite de nos étudiants, en plus d’assurer un bel atterrissage au collégial pour nos futurs élèves. »

La bonification de l’offre de cours d’été est entre autres au coeur du support offert aux étudiants qui n’ont pas eu la chance de bien assimiler la matière dans les circonstances. L’évolution de la COVID-19 et les mesures qui se modifient continuellement ont donc apporté leur lot d’adaptation pour le Collège de Valleyfield, mais a également permis de mettre en place des mesures technologiques, pédagogiques et de soutien qui se poursuivront sans doute post-pandémie.


Share
Posté dans: Beauharnois-Salaberry, COVID-19, Emploi, Nouvelles générales Marqueurs: , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Vaccination : Travailleurs essentiels et personnes atteintes de maladies chroniques Vaccination : Travailleurs essentiels et personnes atteintes de maladies chroniques
Clinique mobile de dépistage à Mercier les 15 et 16 avril Clinique mobile de dépistage à Mercier les 15 et 16 avril
Cynthia Richemond nommée directrice adjointe aux études Cynthia Richemond nommée directrice adjointe aux études
Vaccination en entreprise – Cégep et Centre de services scolaire s’impliquent Vaccination en entreprise – Cégep et Centre de services scolaire s’impliquent
17 nouveaux diplômés à la formation M3i Supervision 17 nouveaux diplômés à la formation M3i Supervision

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2021 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.