C’est la Semaine de prévention du suicide

Les personnes qui vivent des moments de détresse doivent savoir qu’elles ne sont pas seules. Il existe à Châteauguay, Salaberry-de-Valleyfield, Vaudreuil-Dorion et ailleurs en Montérégie une multitude de services d’aide et d’écoute vers lesquels elles peuvent se tourner.

C’est le message qu’a livré il y a quelques jours le Dre Jocelyne Sauvé, directrice de santé publique, lors de la conférence de presse tenue dans un centre de prévention du suicide. Cet événement qui se tient dans le cadre de la Semaine de prévention du suicide (du 5 au 11 février 2012) a réuni de nombreux intervenants qui œuvrent en prévention du suicide. Sur la photo, on retrouve Michel Bourbeau, directeur général du Centre de prévention du suicide du Haut-Richelieu, Dre Jocelyne Sauvé, directrice de santé publique de la Montérégie, Mme Andrée Bouchard, présidente de la Commission scolaire des Hautes-Rivières, Mme Lynda Tessier, présidente du Centre de prévention du suicide du Haut-Richelieu.

« Que ce soit dans les centres de santé et de services sociaux (CSSS), dans les centres de prévention du suicide et centres de crises ou en contactant la ligne québécoise d’intervention suicide 1 866 APPELLE, tous les intervenants de la région conjuguent leurs efforts et collaborent ensemble afin de créer un vaste « réseau d’aide et de soutien » destiné aux gens qui en éprouvent le besoin », souligne Dre Sauvé.

Encore une situation préoccupante
Les dernières données démontrent que de 1999 à 2009, le nombre de décès par suicide a baissé de 33 % dans la région. En effet, on déplorait 245 décès en 1999, comparativement à 165 en 2009. Cette baisse, qui est observable tant en Montérégie qu’à l’échelle de la province, est aussi constatée dans tous les groupes d’âge, autant chez les femmes que chez les hommes.

« Ces données nous encouragent à poursuivre notre mobilisation ainsi que nos actions de prévention, mentionne Dre Sauvé. Par contre, la bataille est loin d’être gagnée. Il faut se rappeler que le Québec figure encore parmi les populations présentant les taux les plus élevés de mort par suicide des pays industrialisés. De plus, au Québec, selon des chiffres de 2008, le suicide était la première cause de décès chez les 25-29 ans et les 30-34 ans, et la deuxième chez les 10 24 ans et les 35-44 ans, ce qui est très préoccupant ».

La Semaine de prévention du suicide, même au Collège de Valleyfield
Il n’y a pas que les intervenants du domaine de la santé, mais aussi ceux de l’éducation qui sont préoccupés par la problématique du suicide. D’ailleurs le Collège de Valleyfield souligne le tout avec plusieurs activités de sensibilisation tout au long de la Semaine du goût de vivre. De façon concrète, le suicide touche des personnes de toutes les sphères de la société. Heureusement de plus en plus de gens osent maintenant en parler et partagent les ressources disponibles afin d’aider à limiter le nombre de personnes qui passent à l’acte fatal.

De l’aide à porté de main
La Montérégie peut compter sur la collaboration de plusieurs acteurs qui se mobilisent afin de prévenir le suicide. Des stratégies d’intervention et de prévention sont notamment implantées dans plusieurs milieux (éducation, industriel, santé, sports, etc).

Les onze CSSS et les sept centres de prévention du suicide et centres de crises de la Montérégie offrent de l’aide et du soutien professionnel aux personnes qui songent à se suicider ainsi qu’à leurs proches. Ils accompagnent également les personnes endeuillées à la suite d’un suicide. Par ailleurs, ces centres offrent des formations aux intervenants des milieux de la santé, de l’éducation et de la sécurité civile.

Plus de 1 000 Sentinelles dans la communauté
Des réseaux de Sentinelles sont également implantés un peu partout. Ces réseaux, constitués de citoyens qui ont reçu une formation spécifique pour détecter des indices révélateurs d’intention suicidaire sont en mesure d’offrir de l’aide aux personnes en détresse et à leur entourage et de les orienter vers les centres d’intervention spécialisés. On retrouve maintenant des Sentinelles dans les milieux de travail, à l’école et même dans le milieu agricole. « Nos réseaux Sentinelles célèbrent cette année leur cinquième année d’existence. Elles sont maintenant plus de 1 000 à intervenir dans la communauté. J’en profite pour saluer leur dévouement et leur apport qui est devenu essentiel dans la prévention du suicide »,  ajoute la directrice de santé publique.

Le programme Crise-Ado-Famille-Enfance (CAFE)
D’autres alternatives sont offertes par les CSSS et permettent d’intervenir avant que les problèmes aient pris trop d’ampleur. Le programme CAFE s’adresse aux jeunes de 5 à 17 ans ainsi qu’à leur famille et offre une intervention immédiate et intensive pour les familles qui vivent une situation de crise. L’intervention est immédiate : dans un délai de 2 heures un intervenant peut se rendre à domicile pour offrir, suite à l’évaluation, une intervention intensive d’une durée moyenne de 8 à 10 semaines. Pour obtenir l’aide offerte par le programme CAFE, il suffit de communiquer avec son CSSS ou avec Info-Santé 8-1-1.

Ne rester pas seul : parlerdusuicide.com
« Le suicide est un problème complexe, mais auquel il existe plusieurs solutions, indique Dre Sauvé. Le plus important, c’est de se rappeler qu’il existe de l’aide accessible en tout temps et qu’il ne faut pas rester seul avec sa détresse, il faut en parler! » Dans cette optique, une campagne promotionnelle Internet sera déployée au cours des prochains mois sur Google, Facebook, et sur les sites de Musique Plus, Vrak tv et Télétoon, afin d’inciter la population à demander de l’aide lorsqu’elle est touchée par le suicide. Une nouvelle vitrine Web, Parlerdusuicide.com, regroupera toutes les informations concernant les ressources d’aide disponibles en Montérégie.

De façon spécifique à Châteauguay, les gens peuvent compter sur La Maison sous les arbres. À Salaberry-de-Valleyfield et Vaudreuil-Dorion, c’est Le Tournant qui est l’intervenant de premier plan.

Les personnes qui sont inquiètes pour un proche et qui se demandent comment intervenir peuvent rejoindre la ligne québécoise d’intervention suicide au 1 866 APPELLE (277-3553). Toute l’information sur les services offerts par les CSSS et par les centres de prévention du suicide et centres de crises est aussi disponible à ce numéro, ou en consultant le site Internet Parlerdusuicide.com.


Share
Posté dans: Châteauguay, Communautaire, Nouvelles générales, Santé, Valleyfield, Vaudreuil-Soulanges Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

La Direction de la santé publique Montérégie appelle à la collaboration La Direction de la santé publique Montérégie appelle à la collaboration
Le plan de relance COVID-19 du Bloc donne le choix aux Québécois Le plan de relance COVID-19 du Bloc donne le choix aux Québécois
Clinique de dépistage de la COVID-19 à Beauharnois les 29 et 30 septembre Clinique de dépistage de la COVID-19 à Beauharnois les 29 et 30 septembre
Les choristes des Enchanteurs unissent à nouveau leur voix Les choristes des Enchanteurs unissent à nouveau leur voix
La poésie prendra d’assaut Vaudreuil-Dorion pour le MOSA La poésie prendra d’assaut Vaudreuil-Dorion pour le MOSA

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2020 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.