Résidence de création à la Maison Félix-Leclerc

TRACE MaisonFelixLeclerc RenaldGabriele MichelleDupuy MartineBoyer Marie-BelleOuellet et ChistianLamy Photo courtoisie(Michelle Dupuy) – C’est devant la façade de la Maison Félix-Leclerc, située au 186, chemin de l’Anse à Vaudreuil-Dorion, que la Société de Sauvegarde de la Maison Félix-Leclerc a annoncé, en conférence de presse, la mise en place d’une résidence de création et l’accueil de sa toute première artiste, Marie-Belle Ouellet, qui bénéficiera d’un séjour de création d’une durée d’un mois.

Sur la photo officielle prise à l’occasion de la conférence de presse le 1er juin, on retrouve de gauche à droite : Rénald Gabriele conseiller municipal à la culture pour la Ville de Vaudreuil-Dorion, Michelle Dupuy membre du conseil d’administration de la Société de sauvegarde de la mémoire de Félix-Leclerc, Martine Boyer agente de communication pour le Forum jeunesse de la Vallée-du-Haut-du-Saint-Laurent, l’artiste Marie-Belle Ouellet et Christian Lamy conseiller en développement culturel à la CRÉ Vallée-du-Haut-Saint-Laurent.

Cette « résidence de création » dans la Maison Félix-Leclerc du chemin de l’Anse a été rendue possible à la suite d’un appel de dossiers lancé par le projet TRACE (Traquer la Relève Artistique et Culturelle en Émergence) qui vise à contribuer à l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des artistes de la relève, à accroître leurs possibilités de diffusion et de création, ainsi que leur reconnaissance par le milieu culturel régional.

logos TRACE MaisonFelixLeclerc et Forum_jeunesse VHSLAinsi, la Maison Félix-Leclerc figure parmi les six lieux retenus et reçoit une subvention de l’ordre de 9 440 $. Mentionnons que le projet TRACE est composé d’instances associées pour développer la relève artistique de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent.  On y retrouve notamment le Forum jeunesse Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, la Conférence régionale des élus (CRÉ) Vallée-du-Haut-Saint-Laurent et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

Après l’analyse de différents dossiers d’artistes par le Comité de sélection, il appert que la qualité d’écriture de Marie-Belle Ouellet a retenu l’attention. Madame Ouellet est dans la jeune trentaine, elle est détentrice  d’un baccalauréat en littérature et fait actuellement des études supérieures en intervention éducative.  Marie-Belle Ouellet travaille comme orthopédagogue en milieu privé.   Elle possède également de l’expérience en enseignement du français.  Elle a publié à plusieurs reprises et s’est mérité le Prix Arcade au féminin en 2004 pour sa publication Natures Mortes. Son projet à la Maison Félix-Leclerc : la rédaction d’un nouveau manuscrit intitulé MOTS.

Pour Marie-Belle Ouellet,  d’être sélectionnée pour la résidence de création à la Maison Félix-Leclerc est tout un privilège. « Vivre quelque temps dans la demeure d’un grand homme que j’admire beaucoup. Pour moi, cela  représente une chance unique de ne faire qu’un avec la création et les lieux d’inspiration de Félix Leclerc.  Tout artiste s’inspire du milieu dans  lequel il vit. Me retrouver en ces lieux sera pour moi, un pèlerinage, une façon de m’ouvrir  sur le monde, la culture et qui sait peut-être entendrais-je Félix murmurer la beauté de son soleil, de son lac et de toutes les petites choses qu’il appréciait de son vivant ».

Faut-il rappeler que c’est dans cette maison de l’anse de Vaudreuil que s’élabore une période très créative de la carrière de Félix Leclerc. Il y écrit des sketches et des séries radiophoniques, des pièces de théâtre : Maluron (1947), Le p’tit bonheur (1948), Dialogues d’hommes et de bêtes (1949), Théâtre de village (1951), Sonnez les matines (1956) L’Auberge des morts subites (1963), il y poursuit son autobiographie, Moi, mes souliers (1954) et il y compose des contes : Le hamac dans les voiles (1952),  son premier recueil de pensées et de maximes, Le calepin d’un flâneur (1961). C’est aussi là que naissent plusieurs de ses chansons les plus célèbres: Moi, mes souliers, Le p’tit bonheur, Bozo, L’hymne au printemps, Le train du nord, Le roi heureux, Attends-moi «Ti-gars». En 1948, avec Guy Mauffette et Yves Viens, il fonde la compagnie théâtrale VLM. Cette troupe présente la pièce Le p’tit bonheur jouée en première mondiale à Vaudreuil le 23 octobre 1948.

Bravo Marie-Belle Ouellet et bon séjour à la Maison Félix-Leclerc du chemin de l’Anse.

__


Share
Posté dans: Culture, Nouvelles générales, Tourisme, Vaudreuil-Soulanges Marqueurs: , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

La poésie prendra d’assaut Vaudreuil-Dorion pour le MOSA La poésie prendra d’assaut Vaudreuil-Dorion pour le MOSA
Fin des travaux et réouverture du Centre de services Desjardins de St-Zotique Fin des travaux et réouverture du Centre de services Desjardins de St-Zotique
Un outil pour éviter le gaspillage d’eau potable à Vaudreuil-Dorion Un outil pour éviter le gaspillage d’eau potable à Vaudreuil-Dorion
Nouvelle étape pour le pôle municipal de Vaudreuil-Dorion Nouvelle étape pour le pôle municipal de Vaudreuil-Dorion
Last call de l’été sur les terrasses de Vaudreuil-Soulanges Last call de l’été sur les terrasses de Vaudreuil-Soulanges

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2020 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.