Le Musée de la Pointe-du-Buisson lance un cri d’alarme

Musee-quebecois-d-archeologie-a-la-Pointe-du-Buisson-Beauharnois-2014-Photo-INFOSuroit_com(Marie-Ève Rochefort) – Étant aux prises avec un déficit de 77 000 $, le Musée québécois d’archéologie de la Pointe-du-Buisson devra fermer temporairement ses portes. Plus précisément, ce dernier ne sera pas accessible jusqu’au 22 mai prochain, une décision drastique qui permettra à l’équipe de l’organisme de s’asseoir avec le conseil municipal et les bailleurs de fonds afin de préparer le retour en force de l’institution l’été prochain et de trouver des solutions pour éviter une éventuelle fermeture définitive.

Un déficit qui s’accumule

C’est un secret pour personne, les institutions muséales ne semblent pas être des priorités aux yeux de nos gouvernements, si bien que les subventions se font rares et minces comparativement à leurs besoins. À Beauharnois, le Musée d’archéologie de la Pointe-du-Buisson ne fait pas exception. Ce dernier reçoit une aide non négligeable de la part de la municipalité, mais comme le relate le maire Claude Haineault, d’autres acteurs du milieu devraient investir dans le dossier.

« Je pense que dans toute la région, c’est le musée qui a le plus d’impacts historiques avec des artefacts qui datent d’il y a 5000 ans. Il dépasse la pertinence de la Ville de Beauharnois, la MRC et même la CMM [Communauté métropolitaine de Montréal]. C’est une affaire provinciale ! Le problème, c’est qu’il n’y en a pas beaucoup qui contribue pour le sauvegarder. En fermant 6 mois, il y a peut-être des gens qui vont comprendre. On est à l’étape où le feu est pris. On ne veut plus être le seul joueur à investir pour l’ensemble du Québec qui profite du musée », a-t-il commenté en entrevue téléphonique avec INFOSuroit.com.

Selon le maire, la Ville de Beauharnois a épongé le déficit de 77 000 $ de l’organisme. Cette dernière injecte également une somme de 185 000 $ annuellement et assure l’entretien de la bâtisse et la maintenance, ce qui représente d’énormes investissements pour une municipalité de cette taille. De son côté, le Musée québécois d’archéologie de la Pointe-du-Buisson fait tout en son possible pour se serrer la ceinture. Le déficit, qui était de 80 000 $ l’année dernière, a été diminué de 3 000 $ grâce aux efforts de l’équipe.

Une équipe en orCaroline_Nantel-exposition-le-Quebec-une-mer-de-fossiles-Musee-quebecois-de-la-Pointe_du_Buisson-photo-INFOSuroit_com

Également interrogée par INFOSuroit.com, la directrice générale du Musée québécois d’archéologie de la Pointe-du-Buisson, Caroline Nantel, semble terrassée par la nouvelle, mais garde tout de même bon espoir de voir revenir l’organisme en force l’été prochain.

« On a un musée qui rayonne à l’international de manière spectaculaire. On est persuadés que notre musée à lieu d’être parce que sa collection est unique. Certains de nos artefacts vont d’ailleurs être prêtés au Musée de la Pointe-à-Callière, ce qui va nous permettre de rayonner à l’extérieur. Nulle part il n’est dit que le musée va fermer définitivement, ce n’est même pas une option. C’est une période de transition qui va nous permettre de revenir en force l’été prochain avec une équipe reposée ou renouvelée », nous a-t-elle confié.

Comme le musée sera fermé pendant la basse saison, cinq membres de l’équipe devront être mis à pied temporairement. Seule l’administration restera en place pour prendre les réservations et assurer un retour convaincant de l’institution en mai prochain.

« Tous mes professionnels de l’archéologie et mes animateurs sont remerciés jusqu’au 1er avril maximum. C’est une grande partie de l’expertise qui s’en va et qui, je l’espère, reviendra. Je les admire beaucoup puisqu’ils se sont engagés à terminer leurs mandats essentiels avant les mises à pied. Ce sont ces gens-là qui font la différence dans le Musée », poursuit-elle.

Il ne reste maintenant qu’à espérer que les gouvernements et autres institutions entendent le cri d’alarme de Caroline Nantel et de Claude Haineault. Le Musée québécois d’archéologie de la Pointe-de-Buisson a besoin de financement pour respecter son mandat et la Ville de Beauharnois à elle seule ne peut y arriver.

__

Selon Caroline Nantel, les musées subissent les effets pervers du manque d’indexation des subventions qui leur sont offertes par le ministère de la Culture et des Communications. À la Pointe-du-Buisson, malgré une équipe qui a triplé depuis ses débuts et des heures d’ouverture plus larges, le montant de la subvention n’a pas réellement augmenté. Elle craint aussi les rumeurs concernant la possible fermeture des Conférences régionales des Élus (CRÉ) puisque celle de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent est une source de financement pour l’organisme.

De son côté, le maire Claude Haineault croit qu’il pourrait y avoir une possibilité d’accueillir des congrès dans le musée à titre d’activité de financement. Lors de l’entrevue, il a également mis un bémol sur les subventions de la CRÉ Vallée-du-Haut-Saint-Laurent qui, malgré qu’elles permettent à l’institution de mettre en place de nouvelles expositions, contribuent à augmenter le déficit puisque les projets réalisés sont plus onéreux que l’argent obtenu.

_______________________________________________________________________________


Share
Posté dans: Beauharnois, Culture, Nouvelles générales, Tourisme Marqueurs: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Une programmation variée pour la 44e saison de Valspec Une programmation variée pour la 44e saison de Valspec
COTON-46 jouera au poker pour le PRAQ COTON-46 jouera au poker pour le PRAQ
Nouvelles fermetures de nuit sur l’autoroute 30 Nouvelles fermetures de nuit sur l’autoroute 30
Comité ZIP : croisière-bénéfice, plantations et conférences Comité ZIP : croisière-bénéfice, plantations et conférences
Autoroute 30 : des fermetures du tunnel Soulanges en direction Ouest Autoroute 30 : des fermetures du tunnel Soulanges en direction Ouest

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2019 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.