GAZ DE SCHISTE : le gouvernement Charest a vendu le Québec à des amis du Parti Libéral et à des étrangers

(Jean-Pierre Major) – C’est honteux de voir que le gouvernement du Québec organise et attribue des fonds pour demander au CRÉ et MRC de mettre sur papier des plans d’avenir en matière de ressources naturelles, alors que de l’autre côté le même gouvernement a déjà attribué des centaines de permis ou « claims » dans le but d’explorer le sous-sol québécois et éventuellement de l’exploiter.

Les MRC, villes et citoyens n’ont rien à dire. Les Conférences régionales des élus (CRÉ) sont invités à faire des forums et débattre afin de créer des Plans régionaux de développement intégré des ressources naturelles et du territoire (PRDIRT). Les PRDIRT doivent établir les bases pour les 40 prochaines années.

Pour voir concrètement la carte du Québec “vendu” et qui détient les permis, jeter un coup d’œil attentif à ce document de Ressources naturelles et Faune Québec datant du 2e trimestre de 2010.

Il y a beaucoup de compagnies étrangères et canadiennes. De plus, si vous faites des recherches poussées, vous constaterez que souvent des étrangers détiennent des actions importantes des entreprises canadiennes ou québécoises.

Autre fait, on a attribué à Raymond Savoie et ses firmes Gastem et  Ditem plusieurs permis d’exploration.

Raymond Savoie est un ancien ministre libéral (ministre délégué aux Mines de 1985-89), Ministre du Revenu (1990-1994) et a été membre de l’exécutif national du Parti Libéral du Québec. Avec Ditem, Raymond Savoie  est impliqué dans le dossier controversé de l’exploitation d’uranium. En ce qui a trait au gaz de schiste, son entreprise Gastem est la firme qui a le plus de « claims »  sur le territoire du Suroît dont le puits d’exploration à Dundee dans le Haut St-Laurent.

S’il y avait exploitation éventuellement, aucune redevance n’est prévue actuellement pour les municipalités, villes ou MRC ou citoyens. Au plus, le gouvernement du Québec recevra entre 5 et 15%.

On nous tient volontairement dans l’ignorance dans ce dossier, pas seulement les citoyens, mais aussi les maires, les MRC et les CRÉ.  Au cours des derniers jours  comme moi, vous avez dû entendre parler de gaz de schiste.  J’ai entendu à la radio André Caillé porte-parole de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), ex-PDG d’Hydro-Québec et membre du conseil d’administration de Junex Inc., une firme détentrice de permis d’exploration. Il a parlé de retombées d’emploi.

La réalité est que l’industrie des fraises au Québec génère et génèrera plus d’emploi!

La réalité, qui provient même de membres de l’Association pétrolière et gazière du Québec est que l’industrie n’engage pas au Québec et n’investit pas chez nous. C’est ce que rapportait Antonin Lavigne dans un article récent du Journal D’Affaires du Sud-Ouest. Il citait Daniel Vincent le directeur des Relations avec les investisseurs chez Gastem. « Nous sommes contraints de sous-contracter la main-d’œuvre à des entreprises de l’ouest puisque la main d’œuvre dans ce domaine est inexistante ici. »  L’exploration gazière ne produit qu’un minimum de retombées principalement dû à la spécialisation et au peu de frais encourus par ce type de travail.  Monsieur Vincent  d’ajouter « Nous encourageons fortement les compagnies sous-traitantes à consommer dans la localité, jusqu’à demander de faire le plein d’essence à l’intérieur de la région quand cela est possible. »  WOW

Ces entreprises n’ont même pas la décence de parler de formation en prévision d’engager des québécois!

L’exploration est tellement avancée au Québec qu’en fouillant sur le site des entreprises détentrice de « claims » on apprend que dans le Suroît, le puits Dundee #1  est en exploration particulièrement depuis 2004. Lors des explorations,  l’entreprise peut faire des levées sismiques de près de 20 km à partir d’un puits.

D’ailleurs Gastem parle de sa propriété de Dundee-Soulanges  ayant une superficie de 92 700 hectares!

Hé Ho quelqu’un, êtes-vous au courant qu’il y a aussi des gens qui habitent ce territoire! Sachez que dans la région de la Montérgie-Ouest qu’on appelle la Vallée-du-Haut-St-Laurent on retrouve les meilleurs sols de la province et la plus forte concentration d’exploitation agricoles recensées sur le territoire québécois, soit 1.6 ferme/km2.

Nous avons un devoir de citoyen, soit celui de nous informer. Cela vise autant les médias, les élus et que monsieur et madame Tout le monde. Les élus, peu importe leur allégeance politique et leur palier de gouvernement, doivent aller chercher de l’information neutre rapidement. Ils doivent parler en connaissance de cause.

Des questions il y en a beaucoup :

  1. Pourquoi les élus municipaux sont-ils aussi surpris que nous, de voir débarquer de nuit des équipes de forages et d’exploration sans aucun avis?
  2. Pourquoi chercher autant de gaz naturel, alors que ce sont majoritairement des grandes industries qui utilisent cette ressource et non les citoyens?
  3. Pourquoi les résidents de l’état de New York ont-ils obtenu un moratoire sur l’exploration le temps d’avoir une vision neutre sur les méthodes d’exploration qui  utilisent beaucoup d’eau potable et beaucoup de produits chimiques et qu’un même moratoire est impossible au Québec?
  4. Pourquoi a-t-on eu des problèmes importants récemment  lors de l’exploration en Pennsylvanie et pourquoi cela est impossible au Québec ?
  5. Pourquoi le gouvernement créé-t-il des audiences du BAPE au lieu de répondre à la demande de moratoire?
  6. Pourquoi est-ce si urgent de s’occuper du gaz de schiste alors qu’il y a cinq ans personne n’en avait entendu parler?
  7. Que changera un délai causé par un moratoire si tout est beau est conforme?
  8. Pourquoi que plusieurs des entreprises québécoises qui ont reçu des permis ou « claims » ont-t-ils des actionnaires qui étaient, ou sont encore proche des libéraux ?
  9. Pourquoi tenir des rencontres avec les gens de l’industrie dans 3 secteurs du Québec, alors que les « claims » ou permis ont été attribués sur la grande majorité de la province?
  10. Y-a-t-il des citoyens qui ne méritent pas d’être informé, ou y-a-t-il des choses à cacher ?
  11. Pourquoi dire que le Québec peut être un précurseur et doit se positionner dans ce domaine, alors que la majorité des entreprises détentrices de permis ici explorent, ou tentent d’explorer ailleurs dans le monde?
  12. Si tout le monde a du gaz de schiste, quel sera sa valeur réelle sur le marché à long terme?

Pour notre avenir et celui de nos enfants, même si cela ne nous tente pas, il faut s’informer! C’est notre devoir que l’on soit un élu, un représentant de médias ou un simple citoyen. On est en 2010 et il semble que quelqu’un tente de nous ramener à l’époque de Duplessis. Qu’est-ce que cela cache et pourquoi être si pressé?

Si Jean Charest et Nathalie Normandeau sont si convaincus du bien fondé de tout cela, accepteraient-ils d’être redevables à la société québécoise ?

____________________________________________________________________


Share
Posté dans: Affaires, Environnement, Haut-Saint-Laurent, Nouvelles générales, Vaudreuil-Soulanges Marqueurs: , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

1,9 M$ investis dans lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale en Montérégie 1,9 M$ investis dans lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale en Montérégie
Formation sur la gestion du stress dans le domaine agricole Formation sur la gestion du stress dans le domaine agricole
La Municipalité de Franklin présente le premier AgroVélo Tour La Municipalité de Franklin présente le premier AgroVélo Tour
Concertation Horizon, un OBNL pour le développement social Concertation Horizon, un OBNL pour le développement social
Mercier adopte de nouveaux règlements à la demande des citoyens Mercier adopte de nouveaux règlements à la demande des citoyens

5 Réponse à "GAZ DE SCHISTE : le gouvernement Charest a vendu le Québec à des amis du Parti Libéral et à des étrangers"

  1. Antonin Lavigne dit :

    Je tiens simplement à spécifier que monsieur Vincent a aussi expliqué qu’environ 20% des 3 à 5 millions investis sont des retombées économiques directes d’un forage. Je veux aussi souligner la différence entre l’exploration et l’exploitation (forage). Voici le paragraphe complet du texte de l’édition d’août 2010 intitulé ” Le gaz de Schiste, un engouement économique ” pour future référence.

    Les retombées économiques
    L’exploration gazière ne produit qu’un minimum de retombée principalement dû à la spécialisation et au peu de frais encouru par ce type de travail. Il en est tout autre pour ce qui est de l’exploitation et du forage de puits de gaz naturel. « Le forage d’un puits coûte entre 3 et 5 millions de dollars, indépendamment du type de puits. De cet investissement, environs 20% sont des retombées directs dans la région où se produit le forage » explique monsieur Vincent. « De plus, nous encourageons fortement les compagnies sous-traitantes à consommer dans la localité, jusqu’à demander de faire le plein d’essence à l’intérieur de la région quand cela est possible », ajouta-t-il. . Les premiers bénéficiaires de ces retombées sont les plombiers, service de transport et tout le domaine de la restauration et de l’hôtellerie. Une grande partie des frais sont liés au besoin de main-d’œuvre spécialisé dans le forage.
    Expertise inexistante au Québec selon le directeur des investissements chez Gastem « Nous sommes contraint de sous-contracter des entreprises de l’ouest du Canada, qui ont l’expertise nécessaire pour entreprendre, ce type de projet » explique, monsieur Vincent.

  2. Patricia dit :

    Bravo pour votre article!
    Comment agir afin de contrer ce qui se passe? Une pétition est-ce suffisant?
    Tout le monde se plaint que ca va tout croche mais COMMENT passer a l’action pour que ca change…je crois que je ne suis pas la seule personne ici qui se sent bernée par une fausse démocratie déguisé. Manif en vue?

  3. Odette Morin dit :

    Bravo pour votre article, je suis de tout coeur avec vous et tous ceux qui veulent mettre un frein à cette mise aux enchères (en cachette en plus!) de nos terres. C’est absolument inadmissible! Mettons ces bandits dehors. Au plaisir de se rencontrer dans un manifestation.

  4. Chantal enis dit :

    J’espère que tous les québécois comprennent ce qui est en train de se faire avec les gazs de schiste. Il faut être conscient de cette manoeuvre absoluement dégueulasse que notre gouvernement et les représentants de cette industrie tricotent ensemble pour nous passer la camisole de force.
    Je n’accorde aucune crédibilité à des gens qui ne veulent pas entendre et surtout attendre avant d’aller de l’avant avec des exploitations aussi contradictoires au respect de la planète, à la conservation de l’eau et au respect de ces citoyens.

  5. Sujet brûlant d’actualité !
    Ça va sauter ou se fait-on sauter ?
    Sûrement un peu des deux.
    Est-ce que l’auteur fera le saut en politique ?
    Seul lui pourra le dire.
    Félicitations pour votre portail d’information !
    Si jamais il y a une pétition qu’il faut signer ou faire signer, je suis partant et je vous offre mon aide. Vous avez mon numéro de téléphone.
    @+

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2020 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.