Facebook Linkedin Twitter Google+ RSS

Archéologie : une page d’histoire s’écrit à Châteauguay

Pieces-de-monnaie-ecole-de-fouille-archeologie-ile-Saint_Bernard-photo-Adrian_Burke-publiee-par-INFOSuroit_com

Deux pièces de monnaie françaises trouvées dans les fouilles de l’île Saint-Bernard. La première date de 1593, l’autre de 1628

(Marie-Ève Rochefort) – Les archéologues de l’école de fouilles de l’Université de Montréal achèvent leur périple archéologique sur l’île Saint-Bernard où ils y effectuent des fouilles depuis quatre semaines. De nombreux artefacts y ont été retrouvés, permettant ainsi de retracer l’histoire ayant marqué ce territoire châteauguois. Les trouvailles sont pour le moins impressionnantes.

En fait, le secteur est tellement fertile historiquement parlant que deux campements amérindiens datant d’avant l’arrivée des Français, une occupation mixte amérindienne et française reliée à un poste de traite du 17e siècle, ainsi que les restes du premier établissement de Charles Le Moyne datant d’après 1673 et les fondations du manoir de la seigneurie de Zachary Robutel de La Noue sont tombés sous les outils des archéologues.

artefacts-fouilles-archeologiques-ile-saint-bernard-photo-INFOSuroit_com

Quelques-uns des artefacts retrouvés sur l’île Saint-Bernard

« On arrive à voir un peu le quotidien des gens dans une période qui est peu documentée. Ce qu’on trouve ici, c’est la présence non seulement de Français, mais aussi d’Amérindiens qui s’échangeaient des objets et qui cohabitaient probablement. Ce qui est surprenant, c’est qu’on ne s’attendait pas à trouver autant d’artefacts et d’évidences dans si peu d’espace. On savait qu’on allait trouver quelques évidences comme le poste de traite de Charles Le Moyne ou le manoir de la seigneurie de Zachary Robutel de La Noue, mais je dirais qu’on est surtout surpris par la grande présence amérindienne. Le site actuel était peut-être un campement de pêche qui a été utilisé pendant au moins 2 000 ans », a confié Adrian Burke, professeur titulaire au département d’anthropologie de l’Université de Montréal et co-directeur de l’école de fouilles.

Donner une voix à monsieur et madame tout le monde

Pour l’archéologue, il est important de documenter les grands moments de l’histoire, mais il est aussi primordial de connaître le quotidien de la population d’une époque donnée. La mission d’une activité de fouilles comme celle organisée sur l’île Saint-Bernard est donc de donner une voix à ceux qui ne se retrouvent pas dans les livres d’histoire.

« On essaie de reconstituer l’histoire de tout le monde, pas juste des gens qu’on connait très bien comme Marguerite D’Youville ou Charle Le Moyne, mais peut-être plus les 99 % de la population dont l’histoire ne parle pas. On pense d’ailleurs que les Amérindiens étaient bien présents puisqu’on trouve beaucoup d’objets qui y sont reliés », poursuit-il.

Un retour l’an prochain ?

Adrian_Burke-et-Genevieve_Treyvaud-archeologues-ile-Saint-Bernard-photo-INFOSuroit_com

Les codirecteurs de l’école de fouilles de l’Université de Montréal, le professeur Adrian Burke et la chercheure Geneviève Treyvaud

Considérant la grande richesse archéologique de l’île Saint-Bernard de Châteauguay, l’école de fouilles de l’Université de Montréal pourrait fort bien revenir l’année prochaine pour continuer son travail. Monsieur Burke pense également à mettre en valeur les objets trouvés par le biais d’une exposition qui pourrait voyager dans divers musées de la région.

« On planifie revenir l’an prochain. Pour une école de fouilles, ce site est fantastique au niveau logistique, parce qu’il est complexe dans le sens de ce qu’on peut y trouver, mais aussi parce qu’on y est bien accueillis. On va remblayer et mettre en coffrage ce qu’on doit protéger comme les murs. On aimerait aussi faire la mise en valeur du patrimoine archéologique en exposant, par exemple, les murs pour montrer les fondations de l’établissement de Charles Le Moyne ou de la seigneurie de Zachary Robutel de La Noue », conclut-il.

Selon Adrian Burke, le site de l’île Saint-Bernard est tellement riche qu’il pourrait offrir des informations pertinentes aux archéologues pendant encore plusieurs années.

Une conférence à venir

Les gens qui sont curieux de découvrir les trouvailles de l’école de fouilles de l’Université de Montréal sont invités à assister à la conférence Archéologie sur l’île Saint-Bernard été 2015 : résultats préliminaires de l’école de fouille de l’Université de Montréal qui aura lieu ce dimanche 2 août au Pavillon de l’Île. Donnée gratuitement par Dr Adrian L. Burke de l’Université de Montréal et Dre Geneviève Treyvaud de l’Institut national de recherche scientifique – Centre Eau Terre Environnement (INRS-ETE), cette dernière débutera à 11 h.

__

Quelques faits saillants

Fouilles-archeologiques-ile-saint-bernard-photo-courtoisie-publiee-par-INFOSuroit_comLes nombreuses trouvailles des archéologues de l’école de fouilles de l’Université de Montréal ont été trouvées dans un petit secteur totalisant uniquement 24 mètres carrés sur 1 mètre de profondeur.

Les artefacts devront être catalogués et analysés en laboratoire. Pour chaque semaine de fouilles, il faut compter entre 2 et 3 semaines d’analyses en laboratoire. Une fois cette étape terminée, un rapport sera envoyé au ministère de la Culture pour connaître le sort des collections. Adrian Burke aimerait voir ces artefacts être exposés au Musée d’archéologie de Roussillon.

En visitant la page Facebook Chantier école île Saint-Bernard Campagne 2015, vous aurez accès à une panoplie de photos des différents artefacts trouvés sur le site et pourrez constater le progrès des archéologues de l’école de fouilles de l’Université de Montréal.

Les archéologues avaient un horaire très chargé : ils étaient à l’ouvrage 7 jours par semaine dès 8 h le matin, et ce, jusqu’à très tard en soirée ! Avec seulement une fin de semaine de congé, les étudiants repartiront sans aucun doute avec une expérience des plus enrichissantes.

_________________________________________________________________________________________________


Share
Posté dans: Châteauguay, Nouvelles générales Marqueurs: , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Une bourse de 5 000 $ pour un étudiant du Collège de Valleyfield Une bourse de 5 000 $ pour un étudiant du Collège de Valleyfield
Défi de la rentrée 2017 et 50e du Collège de Valleyfield Défi de la rentrée 2017 et 50e du Collège de Valleyfield
Plus de 11 000 personnes à l’Écomarché de l’île 2017 Plus de 11 000 personnes à l’Écomarché de l’île 2017
Pôles logistiques en Montérégie : deux MRC unissent leurs voix Pôles logistiques en Montérégie : deux MRC unissent leurs voix

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2017 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.