Facebook Linkedin Twitter Google+ RSS

240 donneurs à la 9e Collecte sang de la Sûreté du Québec

9e-collecte-de-sang-SQ-Beauharnois-Salaberry-policiers-et-benevoles-photo-INFOSuroit_com

Des policiers ainsi que des bénévoles en présence de Mylène, une ancienne grande malade ayant reçu de nombreux dons de sang

(Marie-Ève Rochefort) – Encore cette année, les objectifs fixés par les policiers de la Sûreté du Québec, poste de la MRC Beauharnois-Salaberry, concernant leur 9e collecte de sang ont été atteints. En effet, 240 donneurs se sont rendus à l’Hôtel Plaza avec la ferme intention d’offrir un don à Héma-Québec.

Bien que ce nombre dépasse l’objectif fixé à 235 dons, il est légèrement inférieur aux statistiques des années précédentes. Il faut toutefois prendre en considération qu’un bon nombre de collectes ont été organisées au courant des dernières semaines et qu’une personne qui choisit d’offrir son sang à Héma-Québec doit prendre une pause de 56 jours avant son prochain don.

« Cette année, il y a eu moins de donneurs parce qu’il y avait beaucoup de collectes sur le territoire. On est tout de même très satisfaits des résultats puisque 240 donneurs, ça représente beaucoup de monde », a commenté Sandra Morin, agente des relations avec la communauté à la Sûreté du Québec, poste de la MRC de Beauharnois-Salaberry.

Cette dernière a d’ailleurs mentionné que la date à laquelle se tiendra la 10e édition de la collecte de la Sûreté du Québec sera annoncée beaucoup plus tôt afin d’attirer un maximum de donneurs. Madame Morin a également ajouté que ce rendez-vous risque d’être une édition bien spéciale qui sera marquée notamment par le retour d’un président d’honneur.

Une expérience plus que valorisante

Collecte-sang-SQ-Beauharnois-Salaberry-Patrice-Gauthier-Marie_Eve_Rochefort-et-Sandra_Morin-photo-INFOSuroit_com

Votre journaliste en compagnie du capitaine Patrice Gauthier et de l’agente des relations avec la communauté Sandra Morin

Couvrir des collectes de sang à titre de journaliste permet de rencontrer des gens extrêmement généreux, qu’ils soient donneurs, bénévoles, infirmiers ou représentants d’Héma-Québec. Il est toutefois difficile de commenter l’expérience de faire un don de sang lorsque le compteur est à 0. C’est pourquoi l’auteure de ces lignes a décidé de se mouiller et de vivre ce moment qui fut stressant, mais extraordinaire à la fois.

J’aimerais d’abord préciser que les donneurs, spécialement ceux qui en sont à leur première expérience, sont traités aux petits oignons. Chaque personne que vous aurez à côtoyer semble se donner pour objectif de rendre agréable l’inconfort que peut générer un don de sang. De plus, outre le formidable sentiment d’avoir réalisé un défi et surmonté une peur, le fait de donner du sang procure également une immense fierté : celle d’avoir contribué à sauver des vies.

« On essaie de traiter tous nos donneurs aux petits oignons à chaque étape, mais on porte effectivement une attention particulière aux nouveaux donneurs parce qu’avoir une aiguille dans le bras n’est pas nécessairement une chose agréable. Ce qui est toutefois fort agréable, c’est de savoir que les donneurs vont ressentir une grande fierté en sachant qu’ils vont aider des gens qu’ils ne connaissent peut-être pas à recouvrer la santé, voire à sauver des vies », a commenté en entrevue téléphonique Laurent-Paul Ménard, directeur des relations publiques chez Héma-Québec.

J’aimerais également préciser que ceux qui, comme moi, ont une peur bleue des effets secondaires peuvent se rassurer puisque les chances que l’expérience tourne mal sont très rares. Si vous prenez la peine de bien manger et de bien boire avant et après votre don et que vous tenez informé le personnel sur place de tout inconfort (un merci particulier à l’infirmière ayant accompagné le paquet de nerfs que j’étais lors de cette soirée), vous réussirez votre défi en criant ciseau.

Quelques faits supplémentaires

Un donneur de sang doit attendre 56 jours entre chaque don alors que le plasma peut être prélevé toutes les semaines dans les centres de prélèvement d’Héma-Québec. C’est d’ailleurs pourquoi certains donneurs ont dépassé le cap des 1 200 dons dans la province;

Un don de sang équivaut à environ 500 millilitres, ce qui représente approximativement le 1/12 du volume sanguin d’un adulte de taille moyenne;

Bon an mal an, Héma-Québec peut perdre 20 % de sa base de donneurs en raison de tatouage, de voyages, de prise de médicaments ou de toutes autres constantes pouvant restreindre la possibilité d’effectuer un don. Vous retrouverez la liste des critères de qualification en cliquant ici;

Dans une très faible proportion (moins de 2 %), il arrive qu’Héma-Québec doive rejeter des dons de sang à la suite d’un test de dépistage s’avérant être positif au VIH ou aux hépatites B ou C, notamment.

______________________________________________________________


Share
Posté dans: Beauharnois-Salaberry, Nouvelles générales, Santé, Valleyfield Marqueurs: , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Deux nouveaux ilots de récupération au parc-école Sacré-Coeur Deux nouveaux ilots de récupération au parc-école Sacré-Coeur
De l’aide supplémentaire pour les victimes des inondations De l’aide supplémentaire pour les victimes des inondations
Un Party de Noël sous le signe de la reconnaissance Un Party de Noël sous le signe de la reconnaissance
Guignolée des médias : 98 000 $ pour Moisson Sud-Ouest Guignolée des médias : 98 000 $ pour Moisson Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2017 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.