Facebook Linkedin Twitter Google+ RSS

16 employeurs engagés en conciliation études-travail honorés

Conciliation-etudes-travail-employeurs-engages-2015-photo-INFOSuroit_com

Quelques-uns des employeurs honorés pour leur engagement au programme Conciliation études-travail

(Marie-Ève Rochefort) – 16 employeurs certifiés engagés en conciliation études-travail se sont vus remettre des certificats de reconnaissance par les Organismes partenaires en réussite éducative et sociale (OPERES) lors d’un 5 à 7 organisé au Collège de Valleyfield le 26 mars dernier. Ceux-ci ont été honorés pour leur implication depuis le début du programme, il y a plus d’un an.

La conférence a également été l’occasion d’apprendre qu’en date d’aujourd’hui, 44 employeurs certifiés engagés de la MRC de Beauharnois-Salaberry emploient 618 étudiants.

L’importance d’être conciliants

Conciliation-etudes-travail-Guy_Laperriere-photo-INFOSuroit_comConcilier les études et le travail n’est pas toujours chose simple, surtout lorsque les devoirs s’accumulent. Il est toutefois possible de permettre à un étudiant d’amasser quelques dollars en lui offrant un environnement stimulant, sans être trop prenant. C’est ce qu’arrivent à faire les employeurs certifiés engagés par OPERES. Guy Laperrière, directeur général du Collège de Valleyfield, a ouvert la conférence en ce sens.

« 80 % de nos étudiants occupent un emploi à temps partiel. C’est donc une main d’œuvre essentielle au développement d’une région. Pour moi, ce n’est pas le nombre d’heures qui importe puisque chacun y va à son rythme. Ce qui est important, c’est de nous assurer que les employeurs sont attentifs aux besoins des étudiants, qu’ils les encouragent, qu’ils sont à leur écoute et qu’ils établissent un dialogue », a-t-il commenté.

16 employeurs de la MRC de Beauharnois-Salaberry ont réussi haut la main ce défi en concluant leur première année d’engagement au programme Conciliation études-travail :

  • Familiprix Michel Vinet et associés (10 étudiants);
  • Camp Bosco (10 étudiants);
  • Alimentation B. Vincent (15 étudiants);
  • Boutique Fanfan Soleil (2 étudiants);
  • Association coopérative étudiante du Collège de Valleyfield (12 étudiants);
  • Bibliothèque Armand-Frappier (4 étudiants);
  • Ville de Salaberry-de-Valleyfield (4 étudiants);
  • Collège de Valleyfield (32 étudiants);
  • Matériaux Pont-Masson (6 étudiants);
  • Andy Transport (7 étudiants);
  • Jardins Nitro (7 étudiants);
  • Bureau en gros (22 étudiants);
  • Clinique dentaire Valleyfield (10 étudiants);
  • Confiseries Clémex inc. (4 étudiants);
  • Ville de Beauharnois (8 étudiants);
  • Marché Reid et Gadoua (32 étudiants).

Des exemples de réussite

Conciliation-etudes-travail-P_Rancourt-V_Legault-R_C_Brazeau-et-C_Gadoua-photo-INFOSuroit_comAfin de démontrer l’efficacité du programme, deux employeurs certifiés engagés ont exprimé, en compagnie d’une de leurs étudiantes salariées, en quoi il était gagnant pour une entreprise de faire appel à la jeunesse sur les bancs d’école.

« Je les trouve stimulants. Ils sont créatifs et nous poussent à nous dépasser. Ça semble être contraignant de faire des horaires pour des étudiants, mais même si c’est un peu plus d’efforts, on tire profit parce que les étudiants sont plus motivés, le taux d’absentéisme est moins élevé et ça amène une explosion de curriculums vitae », a commenté Patrick Rancourt, de la pharmacie Familiprix Michel Vinet et associés. L’étudiante en technique d’inhalothérapie Valérie Legault a abondé dans le même sens. « C’est une chance de travailler dans un endroit qui permet autant de latitude au niveau de l’horaire. J’ai pu réussir mon stage cette année grâce à la possibilité de diminuer mes heures. C’est merveilleux comme programme ».

Claude Gadoua du Marché Reid et Gadoua nous a également fourni un discours assez éloquent sur l’importance qu’il accorde au fait de respecter l’horaire d’un étudiant. Il s’est d’ailleurs battu pour faire valoir la place de Renée-Claude Brazeau, étudiante en sciences humaines, profil administration.

Des statistiques qui parlent

Grâce à ses 44 employeurs engagés, OPERES réussi à rejoindre 10 % des jeunes sur les bancs d’école. Si, d’ici un an, 150 employeurs étaient recrutés, c’est 50 % des jeunes au travail qui seraient rejoints.

Selon les plus récentes statistiques du ministère de l’Éducation, le taux de décrochage à la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands se situe à 33,3 % pour les garçons et 19,3 % pour les filles. Au Québec, 1 étudiant sur 4 décroche alors que cette statistique est plutôt de 1 sur 3 pour les garçons.

Pour connaître tous les avantages liés au fait de devenir un employeur certifié, pour en savoir plus sur les démarches visant à joindre le mouvement ou pour obtenir toute autre information au sujet du programme de Conciliation études-travail, je vous invite à visiter le site Internet MonTravailMesEtudes.com ou à communiquer avec Caroline Morency, agente de projet Conciliation études-travail, à l’adresse [email protected].

________________________________________________________


Share
Posté dans: Beauharnois-Salaberry, Éducation, Jeunesse, Nouvelles générales Marqueurs: , , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Journées de la Culture 2017 dans Beauharnois-Salaberry Journées de la Culture 2017 dans Beauharnois-Salaberry
La MRC recherche des artistes en vue d’expositions en 2018 La MRC recherche des artistes en vue d’expositions en 2018
L’efficacité du programme des policiers-parrains de la SQ L’efficacité du programme des policiers-parrains de la SQ
De l’embauche pour aider à la réussite éducative De l’embauche pour aider à la réussite éducative

Une réponse à "16 employeurs engagés en conciliation études-travail honorés"

  1. Gil dit :

    Bravo Caroline

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2017 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.