1 million de barils de pétrole pourraient circuler dans Vaudreuil-Soulanges via Enbridge et TransCanada

Terres-agricoles-et-lac-a-partir-du-Vignoble-Cote-de-Vaudreuil-Photo-INFOSuroit-com_

Des terres agricoles entre Rigaud et Vaudreuil-Dorion avec vue sur lac des Deux-Montagnes – Photo INFOSuroit.com

(Adèle Major) –  Les citoyens de Vaudreuil-Soulanges ont à peine terminé le débat sur les impacts environnementaux de l’inversion de la Ligne 9 d’Enbridge que TransCanada, un autre promoteur pétrolier, leur propose un projet de pipeline encore plus important en volume.

Le quotidien La Presse met la lumière sur cette « suggestion ». On explique que la compagnie TransCanada désire transformer un de ses deux tuyaux qui achemine du gaz naturel vert l’Est et le prolonger pour ainsi y transporter du pétrole vers le Nouveau-Brunswick.

Ce projet est encore à ses débuts, mais on sait déjà que ce lien pourrait amener 850 000 barils de pétrole de l’ouest vers la côte est. Des représentants de TransCanada, prêts à commencer le travail, offrent 1 000 $ à des propriétaires de la région seulement pour pouvoir jeter un œil à leur terrain !

-1 000 000 de barils de pétrole pourraient circuler dans le sous-sol de Vaudreuil-Soulanges-

Si le projet de TransCanada se concrétise, en plus des 300 000 barils de pétrole de la Ligne 9 d’Enbridge, c’est un total supérieur à 1 million de barils de pétrole qui passera dans le sous-sol de Vaudreuil-Soulanges! Un secteur du Suroît réputé pour la qualité de ces terres agricoles à proximité des lac Saint-François, rivière des Outaouais, lac des Deux-Montagnes et lac Saint-Louis.

Le regroupement « Les Citoyens au courant » a été formé dans le but d’obtenir des garanties d’Enbridge sur la sécurité de son pipeline. Selon Gérald Sabourin, médecin à la retraite et agriculteur dans la région de Rigaud, tout le Québec devrait s’inquiéter, pas juste la région de Vaudreuil-Soulanges. Il précise qu’à Pointe-Fortune, l’oléoduc d’Enbridge traverse la rivière des Outaouais, qui elle se jette dans le fleuve Saint-Laurent. « S’il y a un bris, c’est la source d’eau potable de Montréal qui sera affectée. », ajoute-t-il. M. Sabourin déplore aussi que malgré le fait que l’oléoduc suit la frontière entre le Québec et l’Ontario sur des dizaines de kilomètres, les deux provinces ont des réglementations totalement différentes et ne se communiquent pas les informations importantes concernant l’oléoduc.

Selon la journaliste Hélène Baril de La Presse, une approche globale serait de mise, mais les résidants sont laissés à eux-mêmes pour tenter de faire valoir leurs points de vue. « On n’est pas des activistes. On veut juste boire de l’eau propre et ne pas voir baisser la valeur de nos maisons. », déclare Katherine Massam de l’organisme “Les Citoyens au courant.”

Après la mauvaise expérience avec la compagnie Enbridge, pourquoi remettre ça avec TransCanada?

Parlant d’Enbridge, la journaliste Hélène Baril a également rencontré des résidents de Vaudeuil-Soulanges  pour s’entretenir avec eux sur la situation. Jean-Claude Charrette et Gérald Sabourin, tous deux propriétaires et agriculteurs dans Vaudreuil-Soulanges, ont signé plusieurs contrats dans leur vie, dont celui permettant à Interprovincial Pipe Line, ancêtre d’Enbridge, de faire passer la conduite sur leurs terres, il y a 40 ans.

Maintenant, les deux hommes s’inquiètent. M. Charrette dit que les termes du contrat ont été changés. Il se demande si l’entreprise Enbridge a le droit de renverser le flot de son pipeline, d’augmenter le volume de près de 25% et d’y faire circuler du pétrole brut plus lourd sans les consulter. Les deux hommes se sentent très concernés par ces changements qui sont selon eux, loin d’être minimes.

Terres-agricoles-autour-de-Tres-Saint-Redempteur-Photo-TSR-en-transition-2008

Magnifiques terres agricoles auteur de Très-Saint-Rédempteur dans Vaudreuil-Soulanges – Photo Très St-Rédempteur en transition

«Je ne veux pas faire le débat sur les sables bitumineux, affirme le maire de Saint-Télesphore, Yvon Bériault. Ce qui me préoccupe, c’est l’eau. On est un milieu agricole, et tous les résidants ont des puits.» En effet, la protection de l’eau et des nappes phréatiques est pratiquement l’unique préoccupation des habitants de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, endroit où le pipeline reliant Sarnia et Montréal s’introduit sur le territoire du Québec.

Plusieurs agriculteurs et éleveurs d’animaux ce sont installés dans le coin. En cas de bris quelconque, les propriétaires ne peuvent pas se permettre d’aller au dépanneur pour acheter des bouteilles d’eau à leurs bêtes. Le maire Bériault ne veut pas attendre des réponses de l’Alberta. Il souhaite qu’Enbridge garantisse une intervention immédiate en cas de problème.

Les citoyens attendent des réponses sur le projet d’Enbridge. Quelle sera la durée de vie du pipeline qui a déjà près de 40 ans? Quelle sera la viscosité du pétrole transporté? Quelles sont les mesures prévues en cas d’urgence? L’entreprise leur répond de façon imprécise et très souvent contradictoire… Cela ne rassura pas M. Bériault et sa population.

Patricia_Domingos-mairesse-de-Sainte-Justine-de-Newton-MRC-de-Vaudreuil-Soulanges-Photo-Facebook-Patricia-DomingosHélène Baril s’est aussi entretenue avec Patricia Domingos (photo), la mairesse de Sainte-Justine-de-Newton. Selon Mme Domingos, Enbridge se moque complètement d’eux.

C’est l’Office national de l’énergie (ONE) qui aura le dernier mot dans cette histoire, à la suite des audiences publiques prévues pour septembre.  Malheureusement, l’examen du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) que les citoyens de la région espéraient n’aura pas lieu car ce dossier relève du fédéral. Les habitants de Vaudreuil-Soulanges ne sont pas rassurés par ces audiences publiques. Ils doutent de l’indépendance et de la compétence de l’ONE dans un gouvernement majoritairement conservateur.

De plus, avec toutes les coupes gouvernementales, l’ONE a de la difficulté à assurer un réel suivi de ses décisions.

Les citoyens de Vaudreuil-Soulanges ne baisseront pas les bras, surtout après ce qui vient d’arriver à Lac-Mégantic. Cette catastrophe ferroviaire a prouvé que le transport du pétrole par rail n’a pas rendu les pipelines moins dangereux, dit Katherine Massam, citoyenne de Très-Redempteur et membre des Citoyens au courant.  «Ce qui est arrivé à Lac-Mégantic est la preuve qu’il ne faut pas attendre qu’il y ait un accident avant d’avoir des réponses sur les mesures de sécurité», ajoute-t-elle.

Pour en savoir plus sur les articles d’Hélène Baril dans la Presse Affaires : Enbridge : un tuyau n’attend pas l’autre et Pipeline Enbridge: “on a changé les règles du contrat”.

___________________________________________________________


Share
Posté dans: Affaires, Environnement, Nouvelles générales, Santé, Vaudreuil-Soulanges Marqueurs: , , , , , , , , ,

Vous aimeriez:

Autre manifestation d’importance pour sauver le Centre mère-enfant Autre manifestation d’importance pour sauver le Centre mère-enfant
Les Rallyes ExploreVS de retour en mode virtuel Les Rallyes ExploreVS de retour en mode virtuel
Le CACVS sonde les artistes sur une relance culturelle verte Le CACVS sonde les artistes sur une relance culturelle verte
La Semaine de réduction des déchets dans Vaudreuil-Soulanges La Semaine de réduction des déchets dans Vaudreuil-Soulanges
Une deuxième saison réussie pour L’Atelier Paysan, ferme urbaine de Vaudreuil-Dorion Une deuxième saison réussie pour L’Atelier Paysan, ferme urbaine de Vaudreuil-Dorion

Laisser un commentaire

Envoyer

© 2020 INFOSuroit.com. Tous droits réservés MX Media inc.